Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les médecins marocains tournent le dos à la santé publique


Il revient à Louardi de chercher à en comprendre les raisons et d’agir pour y remédier



Les médecins marocains tournent le dos à la santé publique
L’information est passée presque inaperçue. Elle a émané d’El Houssaine Louardi, ministre de la Santé. D’après lui, les médecins sont de moins en moins nombreux à participer aux concours de recrutement.  L’année dernière, 67 postes budgétaires sont demeurés vacants.  Et pour cause : les médecins refusent  d’aller travailler dans les villes éloignées. «Ça m’a surpris de voir devant mon ministère des médecins brandissant des banderoles pour réclamer du travail alors qu’en 2014, trois concours ont connu la participation d’une poignée de praticiens », a-t-il déclaré le 20 février dernier à Nador. 
Ces déclarations ne semblent pas du goût des professionnels du secteur. Si tous ou presque partagent le même diagnostic avancé par le ministre, ils ne sont pas, pour autant, tous d’accord sur les causes. « Il est vrai que les médecins, notamment les jeunes, boudent les concours et refusent d’aller travailler dans des régions éloignées mais le ministre ne va pas plus loin et n’explique pas à l’opinion publique pourquoi », nous a indiqué Mostafa Chanaoui, secrétaire général  de la CDT-Santé avant de poursuivre : « Ces médecins sont peu encouragés à aller travailler dans ces régions faute de conditions de  travail adéquates et d’incitations leur permettant de s’y installer ». Même son de cloche de la part de Mohamed Naciri Bennani, président du Syndicat national des médecins du secteur libéral (SNMSL),  qui pense que le ministre a omis de répondre aux vraies questions et qu’il a préféré jouer sur les mots. « Ces jeunes se trouvent souvent obligés de travailler dans des régions qui manquent d’infrastructures et d’attractivité et, cerise sur le gâteau, ils sont mal payés. Un collègue chirurgien affecté à Zagora est resté une année sans rien faire parce que dans cette ville il n’y avait pas de bloc opératoire », nous a-t-il précisé.    
Pour le président du SNMSL, le ministre de la Santé se défausse de ses propres responsabilités  en incriminant les médecins. « Il est vrai qu’il y a déficit mais ce n’est pas aux médecins seuls d’assumer cette  carence», nous a-t-il expliqué.  Une évaluation que partage Mohamed Dahmani, secrétaire général du Syndicat national de la santé publique affilié à la FDT, qui estime que si la pénurie des médecins existe bel et bien, il reste à s’interroger sur le rôle qu’a joué l’Exécutif pour remédier à cette situation. « La responsabilité d’un ministre est de trouver des solutions et non de se contenter d’établir de simples diagnostics », nous a-t-il lancé. A ce propos, notre source s’est interrogée à propos du bilan gouvernemental  concernant le programme de formation de 3.000 médecins par an  ainsi que des mesures de simplification de l’accès aux facultés de médecine. Idem de la carte sanitaire et de la répartition des médecins et des infirmiers sur l’ensemble de territoire national. «  Le problème du secteur de la santé dépasse de loin l’épineuse question de la pénurie des ressources humaines. Le secteur manque d’abord d’une vision globale et à long terme. Et c’est pourquoi nombreux sont les jeunes médecins qui s’installent à leur propre compte ou qui préfèrent travailler dans le secteur privé voire à l’étranger », a conclu notre interlocuteur.    




  



 

Hassan Bentaleb
Lundi 2 Mars 2015

Lu 3945 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs