Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les jihadistes s’emparent d’une partie d'une base de l'armée syrienne à Raqa


27 soldats et 14 jihadistes tués dans l'attaque



Les jihadistes s’emparent d’une partie d'une base de l'armée syrienne à Raqa
 
Au moins 27 membres des forces du régime syrien ont été tués dans un assaut mené par les jihadistes contre une base militaire dans la province de Raqa (nord), a rapporté jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Selon l'OSDH, 14 jihadistes de l'Etat islamique (EI) ont également été tués, dont trois qui se sont faits exploser au début de l'attaque contre la base de la Brigade 93 dans cette province où l'EI contrôle déjà la capitale et une grande partie du territoire. 
Des combattants de l'Etat islamique ont pris le contrôle partiel d'une base de l'armée syrienne dans la province de Raqa (nord), après un triple attentat suicide, a annoncé jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). 
Les combats ont commencé mercredi soir, après trois explosions provoquées par des kamikazes à l'entrée et autour de la base, tuant "des dizaines" de soldats, selon l'OSDH, qui s'appuie sur un vaste réseau de militants et de sources médicales et militaires. Les combattants de l'EI "contrôlent de grandes parties de la base", a ajouté l'OSDH. Une partie des troupes s'était déjà retirée de la Brigade 93 en juillet, après la prise par l'EI de la Division 17, une autre base de la région où au moins 85 soldats ont été tués au combat ou exécutés sommairement peu après, selon l'OSDH. 
La Brigade 93 et l'aéroport militaire de Tabaqa sont les derniers postes tenus par l'armée dans la province de Raqa. Engagé dans le conflit syrien depuis le printemps 2013, l'EI a pris depuis le contrôle quasi-total des provinces de Raqa et Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak où il mène depuis juin une offensive fulgurante. 
Fin juin, le groupe qui s'est attiré par sa violence et ses velléités hégémoniques les foudres des autres rebelles et jihadistes engagés en Syrie, a proclamé un "califat" sur les zones qu'il contrôle en Syrie et en Irak. 
Depuis le début en mars 2011 d'une révolte pacifique contre le régime de Bachar al-Assad, qui s'est transformée en rébellion armée puis en un conflit complexe, les violences ont fait plus de 170.000 morts en Syrie, selon l'OSDH. 
 

AFP
Vendredi 8 Août 2014

Lu 252 fois


1.Posté par farid le 08/08/2014 06:18
Des pseudo djihadistes,plus personnes ne croient en ses criminels ,une déclaration d un ancien djihadiste révèle l organisation de ses terroristes payé par l oncle sam;
Un ancien membre d’Al-Qaïda, Nabil Naim, suspecte le leader de l’État islamique Abou Bakr Al-Baghdadi d’être un agent de la CIA.
Lors d’un entretien avec la chaîne arabe Al Mayadeen, basée à Beyrouth, l’un des anciens cadres d’Al-Qaïda revient sur son parcours au sein du réseau terroriste et sur les raisons de son départ de « ce mouvement takfiriste et qui n’a plus rien à voir avec les préceptes de l’islam», selon ses mots :
Al-Qaïda n’est plus qu’un mouvement composé d’ignorants, de takfiristes qui ne sont même pas aptes à comprendre l’islam contrairement aux débuts du mouvement qui a combattu contre la Russie pour la libération de l’Afghanistan et qui ne disposaient pas de l’idéologie takfiriste.« Plus proches de Gengis Khan que de Mahomet »
Le Cheikh Naïm revient également sur la création de l’État islamique en Irak en 2006, ancêtre du « califat » d’Abou Bakr Al-Baghdadi. D’après lui, l’ex-EIIL suit la même idéologie qu’Al-Qaïda, tous deux étant inspirés du « livre le plus dangereux dans le monde, Manifeste de recherche et d’apprentissage de Sayed Imam Chérif ».
Pour l’ancien jihadiste, ce livre « n’adopte pas les préceptes du prophète Mohamed et du Coran, mais plutôt les techniques de guerre de Gengis Khan, qui consistent à raser un village entier afin d’avertir les autres cités de leur arrivée ». De même, il rappelle que l’État islamique dispose d’un livre, La gestion de la sauvagerie, qui valide leur droit de tuer les « impies » ainsi que ceux qu’ils considèrent comme apostats. Nabil Naïm réfute ce procédé et les mouvements takfiristes qui s’attaquent à « toutes les personnes qui ne sont pas d’accord avec eux ».« Al-Baghdadi est un agent américain »
Quand à Abou Bakr Al-Baghdadi, le cheikh affirme qu’il est « un agent américain » qui aurait été libéré par les États-Unis et que ces derniers lui auraient même versé 20 à 30 millions de dollars pour constituer des camps d’entraînement.
Ces propos du cheikh Naïm rejoignent ceux de l’ancien employé de l’agence de sécurité américaine, Edward Snowden, qui avait déclaré qu’Abou Bakr Al-Baghdadi et les services britanniques et américains auraient collaboré ensemble pour la création de l’EIIL
Pour rappel, le cheikh Naim est connu pour avoir été le leader historique du mouvement jihadiste islamique en Égypte
 et était accusé d’être impliqué dans l’assassinat du président égyptien Anour Al-Sadate. Après son passage par Al-Qaïda, il est revenu en Égypte en 1994 et a été emprisonné jusqu’à la chute du régime Moubarak. Après sa libération, il a décidé d’adopter une position pacifique loin de toute violence.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs