Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les jihadistes de l’EI resserrent l'étau autour d'Aïn al-Arab

La troisième ville kurde de Syrie menacée




Les jihadistes de l’EI resserrent l'étau autour d'Aïn al-Arab
Les jihadistes de l'Etat islamique (EI) resserrent l'étau autour d'Aïn al-Arab, troisième ville kurde de Syrie, dans le but de renforcer leur contrôle sur les zones septentrionales frontalières de la Turquie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Le groupe extrémiste, qui avait annoncé un "califat" islamique fin juin à l'issue d'une offensive éclair en Irak, tente de relier ses bastions dans l'est et le nord syriens à ses fiefs dans le nord et ouest irakiens. 
"L'EI assiège totalement les environs d'Aïn al-Arab (Kobani en kurde)", selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. Aïn el-Arab, située dans la province septentrionale d'Alep et frontalière de la Turquie, est la troisième ville kurde de Syrie après Qamishli (province de Hassaka, nord-ouest) et Afrine (province d'Alep). Les combats aux alentours d'Aïn al-Arab, qui durent depuis deux semaines, font rage depuis samedi soir, les Kurdes défendant farouchement leur bastion.  "Un commandant de l'EI a été capturé et au moins 11 de ses membres ont été tués", a indiqué M. Abdel Rahmane. Selon l'OSDH, l'EI contrôle désormais près de 250 des 700 km de frontière entre la Syrie et la Turquie.  Cette zone s'étend de Jarablous, une ville arabo-turkmène, jusqu'aux abords de Ras-al-Aïn (kurde), plus à l'est. 
"Si l'EI prend Aïn el-Arab, il aura une continuité territoriale", estime Romain Caillet, expert des mouvements jihadistes. "C'est stratégique parce que c'est la frontière avec la Turquie", ajoute-t-il. Depuis l'apparition de l'EI --autrefois connu sous le nom d'Etat islamique en Irak et au Levant--, les combats font rage entre kurdes et jihadistes, les premiers défendant à tout prix leurs zones où ils avaient instauré une sorte d'autonomie depuis le début de la guerre en Syrie. 
Ce conflit avait commencé comme une révolte pacifique avant de se transformer, sous la répression, en une insurrection armée. Mais celle-ci a dégénéré en guerre civile et la montée de jihadistes bien armés et gagnant du terrain face aux rebelles a changé le visage du conflit.  

AFP
Mardi 15 Juillet 2014

Lu 330 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs