Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les habitants de Donetsk évacuent la ville après les affrontements sanglants entre l’armée ukrainienne et les séparatistes

La Russie se réserve le droit de riposte après un tir d’obus mortel sur son territoire




Les habitants de Donetsk évacuent la ville après les affrontements sanglants entre l’armée ukrainienne et les séparatistes
Des milliers d'Ukrainiens quittaient ce week-end Donetsk, place forte des insurgés dans l'Est de l'Ukraine, craignant une attaque après les affrontements des derniers jours ayant fait côté loyaliste 30 morts en 48 heures.  Après une journée sanglante vendredi, Kiev a affirmé avoir effectué vendredi et samedi plusieurs frappes aériennes contre les bases des séparatistes dans les régions de Donetsk et de Lougansk, infligeant aux insurgés de "lourdes pertes" et détruisant une douzaine de blindés et deux batteries de mortiers.  
A Lougansk, les rues étaient désertes samedi et les magasins fermés à quelques rares exceptions près. A la sortie de la ville, il y a eu des mouvements de blindés rebelles vers Donetsk, selon des témoignages recueillis sur place. Les troupes de Kiev qui parachèvent l'encerclement de Donetsk, ont avancé cette semaine pour prendre position à une vingtaine de km de la ville. Selon le "Premier ministre" de la république populaire de Donetsk, autoproclamée, Alexandre Borodaï, plus de 70.000 des quelque 900.000 habitants de Donetsk sont déjà partis. 
Sur le terrain, les affrontements des deux parties se poursuivent, mais restent relativement limités, ce qui n'exclut pas des pertes importantes, comme les 19 soldats ukrainiens tués vendredi matin par une salve de roquettes Grad tirée par les rebelles dans la région de Lougansk.   Malgré de multiples contacts entre Ukrainiens, Occidentaux et Russes, la diplomatie marque le pas. Kiev résiste aux pressions européennes et russes et refuse de parler d'un cessez-le-feu tant que les rebelles n'acceptent pas ses conditions, à savoir le contrôle de la frontière avec la Russie et la libération de tous les "otages" qu'ils détiennent.
Samedi, Moscou et Kiev se sont mutuellement accusé de tirs près de la frontière, la Russie annonçant "se réserver le droit" de défendre par tous les moyens son territoire. Deux maisons ont été endommagées, une personne est morte et une autre a été blessée côté Russe. 
La Russie répondra avec "des actions fortes et spécifiques" après avoir enquêté sur les circonstances de l'attaque, a déclaré le ministre adjoint des Affaires étrangères, Grigori Karassine.  

AFP
Lundi 14 Juillet 2014

Lu 278 fois


1.Posté par azzam le 15/07/2014 13:23
c`est du vrai genocide qui est en train de se perpetuer contre les populations Russophones de donetsk et de Lougansk, juste parce q`ils ont fort et haut dit :NON AU FACHISME ! et cette tragedie est en cours sous le silence de tous les decideurs, politiciens et autres forts de ce monde!

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs