Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les grosses écuries restent en course

La logique réspectée en Ligue des champions




Les grosses écuries restent en course
Le Milan AC, Arsenal, le Borussia Dortmund et Galatasaray ont décroché mercredi quelques unes des dernières places restantes pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, qui se joueront sans la Juventus Turin.
Les champions d'Italie ont joué de malchance dans la mesure où leur match, prévu mardi soir, a été repoussé au lendemain après-midi en raison des chutes de neige et où ils ont encaissé le but de l'élimination dans les dernières minutes.
L'ancien meneur de l'Inter Milan Wesley Sneijder, qui porte désormais les couleurs de Galatasaray, a inscrit à la 85e minute un but lourd de conséquence pour les deux équipes. Dans le bon sens pour les Turcs, dans le mauvais pour les Italiens.
Dans le groupe B dominé de la tête et des épaules par le Real Madrid, la deuxième place s'est décidée à un point près en faveur des joueurs de Roberto Mancini, qui finissent le premier tour avec sept points, contre six pour leurs rivaux bianconeri.
Dans l'histoire, le club italien n'a gagné qu'une place en Ligue Europa, le lot de consolation réservé au troisième de chaque poule.
Autre club italien, autre déception. Naples a battu Arsenal 2-0, grâce à Gonzalo Higuain et José Callejon, mais cet excellent résultat n'a pas suffi à envoyer le club au tour suivant.
Le Napoli aurait dû inscrire un but supplémentaire pour passer. Finalement, il échoue à la troisième place avec 12 points, soit autant que le Borussia Dortmund et Arsenal, les deux élus de la poule F.
Cette issue est d'autant plus cruelle pour les Napolitains qu'ils auraient également pu se faufiler en huitièmes de finale si le Borussia Dortmund n'avait pas arraché in extremis la victoire à Marseille (2-1) dans l'autre rencontre.
En marquant à la 87e minute, Kevin Grosskreutz a délivré le Borussia, finaliste de la dernière édition, et condamné le Napoli.
Après six journées, cette poule, l'une des plus dures du tournoi, présente une allure étonnante avec trois équipes à douze points et une à zéro, l'Olympique de Marseille, qui a réussi là une contre-performance inédite pour un club français.
En l'absence de la Juventus et de Naples en huitièmes de finale, tous les espoirs italiens reposeront sur le Milan AC, qualifié grâce à son match nul 0-0 face à l'Ajax Amsterdam.
Les deux premières places du groupe H reviennent aux Rossoneri (9 points) et au FC Barcelone (13 points) qui a écrasé le Celtic Glasgow 6-1, l'Ajax prenant en fin de compte le troisième strapontin. Dans la poule G, celle de l'Atletico Madrid qui avait déjà son billet pour les huitièmes en poche, le Zenit Saint-Pétersbourg est passé entre les gouttes, avec seulement une victoire et six points au compteur.
Les Allemands de Schalke 04 ont soufflé la deuxième place du groupe E, derrière Chelsea, au FC Bâle, qui pouvait pourtant s'enorgueillir d'avoir fait chuter deux fois les Blues anglais.
Ces deux victoires de prestige n'ont pas compté face à Schalke 04, qui s'est imposé 2-0 et sera donc présent au tour suivant. Rendez-vous en 2014.

Conte : la Juve a été pénalisée

La Juventus Turin a été "énormément pénalisée" par les conditions climatiques lors de son élimination contre Galatasaray sous la neige, a dit mercredi son entraîneur, Antonio Conte.
"Nous avons été énormément pénalisés, l'élimination est injuste selon moi", a dit Conte à la chaîne Sky Sport après le match perdu à Istanbul (1-0).
"Mais nous nous sommes compliqué la vie nous-mêmes en jouant la qualification à la dernière journée", a-t-il ajouté.
"Nous avons essayé de faire remettre le match, a-t-il expliqué, nous avons tenu une réunion avec le délégué Uefa où nous avons expliqué le danger de jouer ce match, mais nous n'avons pas été écoutés. L'arbitre a arrêté le match hier (au bout de 31 mn, ndlr) parce que c'était dangereux et aujourd'hui ce n'était plus dangereux?", a demandé Conte, énervé.
Selon lui, la neige et le terrain gelé désavantageaient la meilleure équipe.
"Ce n'était pas du football, a ajouté Conte. (Didier) Drogba m'a dit: +C'est la même chose pour les deux équipes, mais ce n'est pas vrai, parce que si nous avions pu jouer au foot, je ne sais pas si l'épilogue aurait été le même".

Reuters
Vendredi 13 Décembre 2013

Lu 505 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs