Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les femmes, parent pauvre de la magistrature

Elles ne représentent que 23% de la totalité de l’effectif




Les femmes, parent pauvre  de la magistrature
Des progrès certes, mais beaucoup reste à faire. Le constat fait référence au nombre des femmes juges qui a enregistré une augmentation. Il est passé ainsi de 645 magistrates en 2010 à 940 en 2014 . C’est l’annonce faite récemment par Mostapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés, qui s’exprimait devant la commission de la législation et de la justice au Parlement. Il a présenté ainsi un rapport établi par son département au sujet de la profession de magistrat. 
Les données font état d’une augmentation de 45%. En effet, le nombre de magistrates est passé à 23% sur la totalité du corps de la magistrature qui compte pas moins de 4001 alors qu’en 2009 le taux ne dépassait pas 19%. Tout cela nous place bien loin du principe de l’égalité entre les femmes et les hommes consacré par la Constitution du 1er juillet 2011, dont le préambule affirme que “le Royaume du Maroc s’engage à combattre et bannir toute discrimination à l’égard de quiconque en raison du sexe”. Des efforts qui s’inscrivent dans un long processus qui doit être renforcé et amélioré puisque la proportion des femmes ayant accédé aux postes de responsabilité dans ce domaine ne dépasse guère 2,5%. Un scénario qui renvoie à un cadre plus général, celui de la femme fonctionnaire. Dans un monde idéal, l'administration publique est guidée par des principes d'équité, de responsabilité, de justice, d'égalité et de non-discrimination, et sert de modèle de gouvernance pour la société qui comprend la promotion de l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes dans l'effectif de la Fonction publique. Mais sur le terrain, la réalité est tout autre. En effet, le Maroc compte tout juste 34% de présence féminine dans ses institutions, dont 15% ont une prise de décision. Mais c’est loin d’être une spécificité marocaine. Bien évidemment et à des degrés divers, force est de constater que même dans les pays les plus démocratiques, les postes de responsabilité sont majoritairement aux mains des hommes. C’est le cas de la France où la féminisation de la magistrature s'est accélérée depuis plusieurs années. Bien qu'elles n'aient eu accès à ce corps de métier qu'en 1946, les femmes ont rapidement investi la profession et sont désormais majoritaires. Elles représentent 80 % des diplômés de l'Ecole nationale de la magistrature (ENM) et près de 60 % des juges. Mais, comme le note à juste titre le journal Le Monde, « la féminisation massive de la magistrature s’arrête aux portes de la hiérarchie ». En effet, seules 30 % de femmes occupent des postes "hors hiérarchie", qui représentent les échelons les plus élevés de la magistrature . Ainsi la parité que tout le monde appelle de ses vœux peine à se faire une place. Un vrai paradoxe. 

Nezha Mounir
Jeudi 6 Novembre 2014

Lu 1018 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs