Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les femmes de ménage et les agents de sécurité du MEN à Essaouira sans salaires depuis plusieurs mois




Comment l’ex-délégué du MEN à Essaouira s’est-il permis de déléguer de nouveau le service de nettoyage des établissements scolaire et administratifs à la même société qui a eu énormément de difficultés financières dans le cadre de la première expérience ?
Une question au goût amer que se posent les femmes de ménage, les syndicats et les observateurs qui imputent l’entière responsabilité morale de la situation dramatique que vivent les 107 femmes de ménage, sans salaires depuis six mois, à l’ex-délégué du ministère de l’Education nationale à Essaouira.
Pour mille dirhams par mois, des femmes défavorisées, jeunes et moins jeunes, assument au quotidien des corvées au sein des établissements scolaires et administratifs de la délégation régionale. Un salaire dérisoire qui n’est conforme ni au Code du travail, ni au cahier des charges du marché de nettoyage.
Les 110 agents de sécurité sont à leur tour sans salaires depuis quatre mois. Certes, ils sont mieux payés que les femmes de ménage, mais leur situation sociale est très inquiétante à cause du non-respect des engagements sociaux, stipulés dans le cahier des charges du marché de gardiennage, par la société délégataire.
Ils sont en somme 217 agents de nettoyage et de gardiennage qui subissent les affres de la misère et de la «hogra».
«Comment peut-on tolérer que pareilles sociétés payent aux agents ce qu’elles veulent et selon leur bon vouloir? À quoi servent le Code du travail et le cahier des charges?  Quel rôle jouent alors les autorités de tutelle?», s’indigne un militant de la Confédération démocratique du travail à Essaouira.
L’union locale de la CDT vient de diffuser un communiqué le 20 mai courant dans lequel elle exprime sa satisfaction quant aux résultats des deux réunions tenues avec le gouverneur de la province et le directeur provincial du MEN. Ledit communiqué a reconfirmé le dossier revendicatif des 217 agents de nettoyage et de gardiennage tout en appelant au respect du Code du travail.

Abdelali Khallad
Jeudi 26 Mai 2016

Lu 861 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs