Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les entrepreneurs maghrébins visent le développement de leurs échanges

L’intégration économique de l’UMA en débat à Marrakech




Les entrepreneurs maghrébins visent le développement  de leurs échanges
La troisième édition du Forum des entrepreneurs maghrébins s’est ouverte hier à Marrakech, sous le signe de «L’intégration économique: un pacte de prospérité partagée». Près de 500 acteurs économiques et institutionnels, originaires des cinq pays du  Maghreb, d’Afrique et d’Europe, participent à ce forum organisé  par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), au nom de l’Union maghrébine des employeurs (UME).  L’objectif est de taille: relancer l’intégration économique de l’Union du Maghreb arabe, par le biais de l’Initiative maghrébine du commerce et de l’investissement (IMCI). Une initiative du secteur privé qui vise à développer les échanges intra-maghrébins et à doter l’intégration économique maghrébine d’une feuille de route applicable, avec un plan de mesures à mettre en place sur le court, le moyen et le long termes. La nouvelle édition de ce forum permettra, par ailleurs, de définir le rôle des entrepreneurs maghrébins dans la promotion des échanges commerciaux intra-maghrébins, ainsi que d’identifier les conditions de lancement et de réussite de ladite initiative.
Dans son allocution prononcée lors de la cérémonie d’ouverture, Miriam Bensaleh Chaqroun, présidente de la CGEM, a insisté sur le fait que le Maghreb arabe présente toutes les caractéristiques d’un vrai marché régional de consommation et de production. Mais les chiffres sont là pour nous dire que tout reste à faire. “Le commerce intra-maghrébin, a-t-elle  souligné, représente moins de 3% des échanges extérieurs de nos cinq pays. Ce taux est largement en dessous des 60 % pour les pays de l’UE, 25% pour  l’ASEAN, 15% pour l’Amérique du Sud, et 9% pour la CEDEAO. Avec de tels chiffres, tout est dit. Or, qui mieux que des pays qui partagent la même langue,  les mêmes repères socioculturels, et qui présentent des complémentarités économiques évidentes, pourrait construire un espace économique homogène?”, s’est demandée la patronne des patrons. 
“En dépit de  l’existence de tous ces pré-requis, a ajouté Mme Miriam Bensaleh, nous n’avons pas pu construire des espaces économiques et sociaux communs. Et cela  coûte à chacun de nos pays, entre  2 à 3% du PIB par an“. 
La présidente de la CGEM a, par ailleurs,  exprimé son souhait de mettre en place "un écosystème qui nous permet de créer de la valeur ajoutée à l’économie de nos cinq pays".
Pour sa part, Habib Ben Yahya, secrétaire général de l’Union du Maghreb arabe,  a tenu à souligner que "les échanges intra-maghrébins ne sont pas à la hauteur de nos espoirs et de nos aspirations, au vu des moyens dont nous disposons. Des échanges qui ne dépassent pas 3% de l’ensemble des échanges commerciaux avec l’étranger. "Et d'espérer que ce faible taux sera dépassé, grâce au renforcement du partenariat entre les hommes d’affaires maghrébins".  « Nous avons procédé,  affirme M. Ben Yahya, à des comparaisons avec les réalisations du Conseil de coopération du Golf. Et  nous avons des conventions qui incitent à mener des investissements plus importants dans l’espace maghrébin. Nous sommes persuadés qu'avec l’appui de plusieurs partenaires, nous pourrons raccourcir les distances. » 
"L’année dernière, nous avons tenu une réunion à Nouakchott, organisée par le FMI, à laquelle était présente Christine Lagarde, qui nous a incités à réfléchir aux investissements inter-maghrébins et non uniquement viser des investissements qui viennent de l’extérieur du Maghreb et notamment d'Europe", a déclaré le secrétaire général de l'UMA. 
Il a également tenu à rappeler que "dans le cadre de la coopération que nous avons avec la Banque mondiale, nous avions réalisé une longue étude sur le commerce intermaghrébin. Cette étude a été supervisée  par les ministres du Commerce maghrébins, qui vont se réunir cette année même pour accélérer la mise en œuvre d’un plan d’action pour que nous puissions avoir une zone de libre-échange". 
Quant à la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, elle a mis le point dans son allocution, transmise par vidéo-conférence, sur la grande importance que revêt l'intégration économique du Maghreb arabe, "un thème que j’évoque depuis 20 ans, affirme Mme Lagarde, et que nous avons tout particulièrement débattu à Nouakchott, en janvier 2013, lors d’une conférence organisée sur ce thème.  Nous tenons tous à la croissance et à la réussite économique de vos pays. Ainsi qu’à l’intégration de la jeunesse des pays du Maghreb. Et nous savons que l’intégration économique des pays du Maghreb arabe permettrait d’augmenter le PIB de chacun d'entre eux d’environ 2 à 3%. Et pourtant, malgré de nombreuses conférences, de nombreux discours et de nombreuses bonnes intentions, nous ne sommes pas encore arrivés à cet objectif d’une meilleure intégration économique. Pourtant les facteurs favorables ne manquent pas." 
La présidente du FMI a également mis le point sur une autre priorité à savoir  l’ouverture, en incitant les pays concernés à "progresser davantage  sur la suppression des barrières douanières, qui sont deux fois plus nombreuses que la moyenne des barrières douanières".  Au cours des deux jours que dure ce forum, pas moins de cinquante intervenants discuteront, en plénière, ou en ateliers thématiques, des questions fondamentales, telles que le coût du non-Maghreb, l’intégration logistique, le Maghreb de l’énergie, l’emploi et le dialogue social intra-maghrébin, ou encore la convergence douanière et réglementaire.
 Il est à rappeler que l’Union pour la méditerranée (UPM), qui est une institution intergouvernementale regroupant les 28 Etats membres de l’UE et 15 pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, représente un partenaire stratégique du 3ème Forum des entrepreneurs maghrébins. 

DNES : Mehdi Ouassat
Mardi 18 Février 2014

Lu 889 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs