Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les drapeaux marocains flottent sur les camps de Tindouf

Des manifestants appartenant à la tribu R’Guibatt Labaihatt réitèrent leur attachement à la mère patrie




Les drapeaux marocains flottent sur les camps de Tindouf
Les membres de la tribu R’Guibatt Labaihatt, résidant dans les camps de Tindouf, ont repris leur mouvement de protestation en utilisant un nouveau style consistant en des regroupements mobiles spontanés à travers les différents camps. 
Cette méthode est destinée à surprendre les milices du Polisario et à les obliger à disperser leurs forces et, partant,  réduire leur capacité d’intervention contre les différents groupes de manifestants. 
Des sources de l’intérieur des camps nous ont affirmé que plus de 600 personnes ont organisé des marches imposantes encadrées par des véhicules tout-terrain et laissé 200 d’entre eux manifester  devant le siège du secrétariat général du Polisario à Rabouni. Ce sit-in a été infiltré par des éléments favorables à Mohamed Abdelaziz dans l’objectif de le saborder et d’empêcher que la presse puisse le couvrir et en informer la communauté internationale.
 Cet état de fait a irrité les manifestants qui se sont mis à scander des slogans favorables à la cause nationale tels que ‘’Le Sahara est marocain, marocain, marocain’’. Les affidés d’Abdelaziz ont alors réagi en brandissant des fanions du Polisario ; geste auquel les manifestants  ont répondu en brandissant le drapeau marocain et en scandant des chants unionistes. 

Après  le dénouement 
de l’affaire Mahjouba, 
la séquestration de 
Darya défraie la chronique
Alors  que des manifestations se poursuivaient pour dénoncer, entre autres, la séquestration de la jeune Mahjouba et son évasion vers l’Espagne, orchestrée par la direction du Polisario, sous la pression du gouvernement espagnol, une affaire similaire a commencé à défrayer la chronique à Tindouf. Il s’agit, cette fois, d’une autre jeune femme de 25 ans. Darya Embarek Selma est issue d’une famille sahraouie des camps de Tindouf et qui  avait été adoptée en 2001 par une autre famille espagnole résidant à  Tenerife. Venue rendre visite à sa famille génitrice en 2013, Darya a été empêchée de quitter les camps. 
Si les deux cas sont tout à fait identiques, celui de Darya n’a pas joui de la même couverture médiatique que celui de Mahjouba, d’où le prolongement de sa séquestration.  Et comme si tout le monde se liguait contre elle, les lettres adressées par Darya aux responsables espagnols  demandant leur intervention pour  sa libération sont  restées sans suite. Ni  les autorités, ni les médias espagnols n’ont réagi  aux appels au secours lancés par la jeune femme et les siens. Une attitude qui contraste totalement avec l’énorme pression exercée aussi  bien par le gouvernement autonome de Valence, que par Madrid pour la libération de Mahjouba, fin octobre dernier.
Mais cette absence de réaction et la volonté d’étouffer ce nouveau cas de séquestration seraient dues à la présence d’influents réseaux de soutien au  Polisario dans la plus grande île de l’archipel des Canaries. 
La famille adoptive de Darya qui a suivi l’affaire de Mahjouba et son dénouement heureux, garde espoir et attend  la décision du conseil municipal de Tenerife relative à la requête adressée sous son couvert au gouvernement autonome des Iles Canaries et au gouvernement à Madrid d’exercer des pressions sur l’Algérie et le Polisario pour la libération  de leur fille. 
Ce qui ne manquera pas d’embarrasser Mohamed Abdelaziz et l’Algérie, qui se verront confrontés  à d’autres manifestations de protestation aussi violentes que celles provoquées par le cas de Mahjouba.  

Ahmadou El-Katab
Mardi 9 Décembre 2014

Lu 2179 fois


1.Posté par mohamed le 08/12/2014 18:04
Nous souhaitons aux deux peuples frères,unité et fraternité ,ce conflit est une vrai mascarade ,le maroc a toujours tendu la main a l Algerie,la paix est la seul solution dans ce monde de «brutes».

2.Posté par Magid le 08/12/2014 20:02
L'Algérie préfère utiliser l'argent de sa rante pétrolière pour acheter des soutiens de toute sorte au Polissario plutôt que d'en faire profiter sa population qui en a cruellement besoin. La gestion désastreuse des camps de séquestrés à Tindouf mais aussi les récentes manifestations qui secouent actuellement l'Algérie et qui ont causé des morts montrent la véritable image de la démocratie algérienne et je ne parle même pas de l'élèction du président algérien. La brutalité de la répression dans les camps de Tindouf et l'achat de soutiens ne sauraient faire taire indéfiniement la contéstation et tôt ou tard cette dernière leur éclatera à la figure. C'est le triste sort qui attend toujours les dictateures et dirigeants autoritaires de tout poil.

3.Posté par nabila le 08/12/2014 22:09
Des passagers algériens passent la nuit à l'aéroport tandis que les passagers étrangers sont logés à l'hôtelDes passagers algériens passent la nuit à l'aéroport tandis que les passagers étrangers sont logés à l'hôtel
Des passagers algériens d'un vol Air Algérie qui devait relier Alger à Tindouf le 28 novembre dernier ont dû passer la nuit à l'aéroport tandis que les responsables de la compagnie ont logé d'autres passagers étrangers dans des chambres d'hôtel. Selon cette vidéo (en haut de l'article) qui circule sur les réseaux sociaux, le vol a été annulé suite aux conditions météo difficiles.
 
L'enregistrement, fait grâce à un téléphone portable, montre un passager algérien en train de discuter avec des employés à l'aéroport. Le client, indigné de ce traitement qu'il qualifie de "ségrégationniste", est conseillé de voir "le responsable" mais il répond qu'il a été dans le bureau de ce supérieur en compagnie des autres passagers avant d'être "renvoyés".
 
Le client demande ensuite à revoir ce responsable mais l'employé ne veut rien savoir, lui répondant qu'il n'a fait qu'appliquer une instruction qu'il a reçue. Face à l'insistance du passager, l'agent répond qu'il "n'a pas le numéro du responsable".L'agent tente, maladroitement, d'expliquer le raisonnement de son supérieur. "Les étrangers n'ont pas où passer la nuit ici, contrairement aux passagers algériens", justifie-t-il. Un argument qui fait rire le client malgré son mécontentement.
Source : huffpostmaghreb

4.Posté par mounir ould brahim le 08/12/2014 23:34
Gros point d’interrogation sur la fortune des dirigeants du Polisario05/12/2014 16:58 par Ali Haidar
 0

salek-mahjoub
La fortune qu’ont accumulée certains dirigeants du Polisario et à leur tête leur chef, Mohamed Abdelaziz et son épouse, Khadija Hamdi, une Sahraouie algérienne, fille d’un élu et ancien maire de Tindouf, suscitent nombre de points d’interrogation quand à ses origines.
Mahjoub Salek, le coordonnateur du mouvement dissident sahraoui «Khat Ach-Chahid » (La voie du martyr) vient de soulever cette question, dans un entretien accordé à un quotidien marocain, à l’occasion de sa participation à la deuxième édition du Forum mondial des droits de l’homme (FMDH) qui s’est tenue dernièrement à Marrakech.
«Je connais les chefs du Polisario, certains d’entre eux étaient mes camarades, et je sais qu’ils n’avaient rien » au moment où ils ont rejoint les camps de Tindouf au sud-ouest algérien. « A voir leurs fortunes aujourd’hui, il y a bien des questions que l’on est en droit de se poser », déclare Mahjoub Salek, ancien détenu qui a purgé près de six (1982-1988) dans les geôles du Polisario disséminées un peu partout dans le désert algérien.
Abordant les conditions désastreuses des séquestrés de Tindouf, l’opposant sahraoui a précisé que son grand souci est de trouver les moyens de  «mettre fin au drame de nos proches dans les camps de Tindouf et autres», ajoutant qu’il partage avec ses camarades à Khat Ach-Chahid, « la responsabilité du calvaire des milliers de Sahraouis que nous avons attirés vers les camps de Lahmada avec des slogans tapageurs ».
L’objectif de notre action maintenant, «est de permettre à ces populations de revenir dans leur pays (le Maroc) dans la dignité», soutient-il, affirmant que « le Polisario est un mouvement menaçant paralysie, car il n’a procédé à aucune lecture critique de son action depuis 40 ans ».
Au sein de la direction du Polisario, explique Mahjoub Salek, « il n’y a ni faucons ni colombes… Il y a l’indéboulonnable Mohamed Abdelaziz, le seul et unique décideur et chef que personne ne peut contredire, exceptés ses protecteurs algériens bien entendu».
Et le dissident sahraoui qui vit encore dans les camps de Tindouf et voyage à l’étranger avec un passeport espagnol, de rappeler que plusieurs ONG et organismes internationaux accusent la direction du Polisario de détournement des aides humanitaires qui ont longtemps et sont encore la principale source d’enrichissement de la plupart des pontes du Polisario.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs