Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les discussions se sont poursuivies mercredi, au dernier jour d’une trêve rigoureusement observée




Les discussions se sont poursuivies mercredi, au dernier jour d’une trêve rigoureusement observée
Les négociateurs israéliens et palestiniens devaient reprendre hier leurs éprouvantes discussions pour essayer de transformer en paix durable la trêve de 72 heures, respectée depuis lundi, dans la Bande de Gaza dévastée par la guerre.
 L'enclave palestinienne a connu mardi une deuxième journée de trêve rigoureusement observée, tandis que les négociateurs tentaient de trouver au Caire par l'entremise des Egyptiens une formule extrêmement complexe satisfaisant des exigences apparemment contradictoires: la sécurité pour Israël, la levée du blocus de Gaza pour les Palestiniens.
Il s'agit d'empêcher une reprise des combats et, si possible, d'instaurer une trêve prolongée après l'expiration de l'actuel cessez-le-feu.
 Il s'agit aussi pour Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas de ne pas perdre la face après plus d'un mois d'une guerre qui a fait près de 2.000 morts palestiniens et 67 morts israéliens. Les deux parties semblent soucieuses de ne pas compromettre les discussions qui se déroulent par l'entremise des Egyptiens, traditionnels médiateurs.  Lundi, Israéliens d'un côté et Palestiniens du Hamas, du Jihad islamique et du Fatah de l'autre ont eu plus de neuf heures de négociations indirectes au quartier général des services de renseignement égyptiens.  Les pourparlers se sont poursuivis mardi.
Ils ont été interrompus dans la soirée et ont repris hier mercredi pour la dernière journée de l'actuel cessez-le-feu, a annoncé la délégation palestinienne. 
"Il y a eu un progrès, mais pas suffisant pour signer un accord, les négociations reprennent demain", a déclaré mardi à l'AFP un membre de la délégation palestinienne, sans plus de précisions.
Des informations fragmentaires, contradictoires et difficilement vérifiables filtraient dans la journée sur la persistance de divergences profondes ou sur la réalisation de progrès. 
La levée du blocus s'impose comme une exigence fondamentale des Palestiniens.
Selon des négociateurs palestiniens, Israël consentirait à alléger les restrictions à deux points de passage de la frontière entre Gaza et le territoire israélien, l'un pour les personnes, l'autre pour les biens. Ce dernier serait sous supervision internationale.
Les trois parties auraient aussi accepté l'idée que le passage de Rafah, entre Gaza et l'Egypte, soit contrôlé selon des modalités à définir par les Egyptiens et les Palestiniens, ont-ils ajouté.
Selon la presse israélienne citant un haut responsable, Israël a accepté de porter à 5.000 chaque mois le nombre de permis délivrés aux Gazaouis pour se rendre en Israël ou en Cisjordanie, de doubler à 600 le nombre de camions autorisés à franchir chaque jour le point de passage de Kerem Shalom.

AFP
Jeudi 14 Août 2014

Lu 420 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs