Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les diplomates à la recherche d’une solution négociée en Ukraine

Combats acharnés entre les belligérants




Les diplomates  à la recherche d’une solution négociée en Ukraine
Kiev poursuivait mercredi son opération militaire contre les rebelles, tandis que les diplomaties allemande, française, russe et ukrainienne devaient chercher à Berlin une solution négociée et que Washington exprimait sa compréhension pour le non-renouvellement du cessez-le-feu par l'Ukraine. Alors que les Européens, sans manifester explicitement leur mécontentement à Kiev, ont observé un silence réprobateur après le non-renouvellement du cessez-le-feu par le président ukrainien Petro Porochenko, les Américains ont adopté une position plus favorable à son égard.
Les chefs de la diplomatie allemande, française, russe et ukrainienne, Frank-Walter Steinmeier, Laurent Fabius, Sergueï Lavrov et Pavlo Klimkine devaient se retrouver mercredi après-midi à Berlin. Un éventuel cessez-le-feu, la reprise de négociations entre Kiev et les insurgés et le rôle de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) étaient au cœur des discussions, selon une source diplomatique française. Cette rencontre se tenait au lendemain de déclarations très fermes du président russe Vladimir Poutine, qui a affirmé que M. Porochenko portait l'entière responsabilité de la situation actuelle, "d'un point de vue militaire mais également politique".
 Poutine a soutenu que la Russie avait défendu ses intérêts géopolitiques dans la crise ukrainienne. Si elle ne l'avait pas fait, "l'Otan serait installée aujourd'hui à Sébastopol", port de Crimée où est basée historiquement la flotte russe, a-t-il répété.
Sur le terrain, les forces gouvernementales ont reconquis le poste-frontière de Dovjanskiï, occupé par les insurgés prorusses dans la région de Lougansk (est), a assuré mardi le président ukrainien, Petro Porochenko. Selon un communiqué de la présidence, il s'agit de la "première victoire" dans "l'opération antiterroriste" dont Porochenko a annoncé la reprise dans la nuit de lundi à mardi refusant de prolonger le cessez-le-feu, en dépit d'intenses pressions russes et européennes.
Cependant, un porte-parole de la "République populaire de Lougansk", proclamée par les séparatistes, a démenti que le poste de Dovjanskiï soit tombé aux mains des forces de Kiev, tout en reconnaissant, selon l'agence russe Ria-Novosti, que d'âpres combats se déroulaient dans ses environs.
 Le contrôle de la frontière est un des objectifs de Kiev qui veut empêcher l'entrée dans les zones rebelles d'hommes et de matériels en provenance de Russie. Ailleurs, la situation apparaissait relativement inchangée par rapport aux derniers jours de cessez-le-feu, marqués par de nombreux accrochages.
Le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsen Avakov, souhaite ouvrir mercredi ou jeudi un "couloir humanitaire" qui devrait aller de Kramatorsk, dans la région de Donetsk, à Barvenkovo, dans la région voisine de Kharkiv pour permettre l'évacuation des civils des zones de combats. 
 

AFP
Jeudi 3 Juillet 2014

Lu 247 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs