Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les conditions des migrants syriens en stand-by à Figuig

La société civile met en garde contre une éventuelle catastrophe




Aux frontières maroco-algériennes, plus précisément au niveau de Figuig, la situation est très alarmante. Les membres du comité local de Figuig font état d’une catastrophe en perspective. Les conditions des migrants syriens en stand-by se dégradent. Si la responsabilité de l’Etat algérien est sans conteste, une centaine d’organisations marocaines de la société civile ont signé un communiqué appelant les autorités marocaines à intervenir, dans un cadre strictement humanitaire, pour mettre fin au calvaire de ces migrants. "Nous appelons avec insistance les autorités à permettre l’accès à toutes les personnes coincées entre les frontières pour leur fournir les soins médicaux nécessaires. Nous invitons également les autorités concernées à trouver une solution définitive à leur situation et leur permettre de déposer des demandes d’asile dans le cadre de la nouvelle politique de migration", soulignent les ONG marocaines.
Sitôt informés, les activistes locaux ainsi que les habitants de la ville n’ont pas tardé à secourir les réfugiés en leur assurant différents soutiens, dont des vivres et de l’eau, au vu de la situation dramatique qu’ils vivent, sachant qu’il se trouve parmi eux des femmes enceintes, deux enfants malades et des orphelins. Encore faut-il une décision politique sur un fond à caractère humanitaire pour mettre fin à ce drame engendré par les autorités algériennes qui ont poussé, sans pitié, ces gens dans cette zone.
Il s’agit d’une violation flagrante des Conventions internationales des droits humains et du statut des réfugiés de guerre et du droit d’asile, des garanties de procédure énoncées dans les lois des deux pays et qui stipulent le respect du droit à la vie, de la dignité humaine, la protection contre les traitements inhumains, le droit à l’intégrité physique et les soins de santé ainsi que le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant, de la femme et des mineurs.
Déjà, une femme avait accouché en plein désert, la nuit du 23 avril 2017, sans soutien médical à l’exception de l’initiative d’acteurs associatifs qui ont soutenu les jeunes filles accompagnatrices de la réfugiée.
L’appel des signataires du communiqué s’adresse aux autorités afin de trouver une solution définitive à la situation dramatique et inhumaine de ces migrants, de leur permettre de déposer des demandes d’asile dans le cadre de la nouvelle politique de migration surtout que parmi eux se trouvent plusieurs personnes ayant des liens familiaux au Maroc (mariage, parents ou enfants, etc), et aussi des personnes malades nécessitant des interventions urgentes, tels les cas d’une fille qui souffre d’otite, d’un garçon risquant la cécité, d’une femme enceinte, d’un nouveau-né et sa mère, sans évoquer les nombreux cas de diarrhées et de vomissements qui s’aggravent de jour en jour.

 

Mustapha Elouizi
Samedi 13 Mai 2017

Lu 1262 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs