Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les boulangers d’Essaouira menacent de faire grève

120 boulangeries opèrent clandestinement dans la ville




Les boulangers d’Essaouira menacent de faire grève
Dans des correspondances respectivement adressées au gouverneur et au maire de la ville, l‘Association des boulangers d’Essaouira, a menacé de faire grève si une solution n’est pas trouvée au problème de la prolifération des boulangeries clandestines. 
D’après le président de ladite association, 120 boulangeries opèrent clandestinement dans la ville, imposant ainsi, une concurrence déloyale aux professionnels qui ont payé fort le prix de cette anarchie.
“Il suffit maintenant d’avoir un four et  un pétrin pour produire et vendre du pain à Essaouira. Les gens ne se soucient plus des autorisations ou des normes d’hygiène et de qualité”, s’indigne un professionnel.
Ladite association appelle les autorités locales et élues à agir d’urgence en vue de mettre fin à ce commerce illégal et portant préjudice à la population sur les plans économique, sanitaire et social.
 “ Notre commerce est de plus en plus menacé. Nous payons des salaires et des impôts mais sans bénéficier d’une quelconque protection des services compétents”,  nous a déclaré,  non sans amertume, un jeune boulanger.
Le constat de l’association ne se limite pas au pain, mais porte aussi sur la pâtisserie produite et vendue dans des conditions insalubres.
“ Ce ne sont pas seulement les intérêts des boulangers qui sont mis en péril par ses activités illégales, c’est surtout la santé des consommateurs qui risque d’être affectée à cause des produits qui ne respectent aucune règle d’hygiène et de qualité“, affirme un professionnel.
D’après des sources confirmées, bon nombre de boulangers professionnels ont décidé à leur tour de rejoindre le secteur informel pour ne plus avoir à payer d’impôts  ou de charges sociales.
Malheureusement, ce n’est pas seulement auprès des boulangeries clandestines que l’on peut déplorer les conditions d’hygiène, car bon nombre de boulangeries autorisées restent largement en deçà du minimum requis. Il suffit de faire un tour dans l’ancienne médina  pour constater l’état de délabrement et d’insalubrité qui ternit l’image d’un produit alimentaire de base, mais mal protégé par les services compétents. De ce fait, ils sont appelés à agir d’urgence pour protéger la santé des citoyens, et d’imposer le respect des cahiers des charges par ces derniers.
Par ailleurs, l’Association des boulangers à Essaouira, visiblement échaudée par le mutisme des responsables, n’exclut pas l’éventualité de recourir à la grève durant la haute saison touristique.  

Abdelali khallad
Mardi 11 Mars 2014

Lu 2243 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs