Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les blouses blanches voient rouge

La marche nationale des infirmiers sera suivie d’un sit-in et d’une grève de la faim




Les blouses blanches voient rouge
Après plus d’un mois de boycott des cours et des stages, et en l’absence de toute mesure appropriée de la part du ministère de la Santé, le Comité national de coordination des infirmiers, des étudiants et lauréats des instituts de formation des cadres de la santé (CNC) a organisé une conférence de presse, jeudi 27 mars 2014, à Rabat pour faire part à l’opinion publique des derniers développements de son dossier revendicatif et exposer les différents modes de contestation auxquels il compte recourir, y compris la marche nationale, prévue pour le samedi 29 mars 2014, à Rabat, de Bab El Had jusqu’au siège du Parlement.Contactée par Libé, Soukaina Boudouil, chargée de communication au CNC, a souligné que la revendication première des  infirmiers et des étudiants et lauréats des instituts de formation des cadres de la santé porte sur la mise en place d’un cursus de formation LMD (Licence- Master-Doctorat). Et d’ajouter : «Nous n’acceptons nullement que notre formation soit entravée et incomplète. Nous aspirons, au contraire, à une formation qui nous permette d’être utiles pour les patients. Parce que le système de santé ne peut fonctionner correctement, dans sa globalité, si l’infirmier ne bénéficie pas de la meilleure formation possible. En clair, l’infirmier revendique  une formation digne de son statut et de son rôle». Les infirmiers demandent, en outre, une révision et une actualisation des lois qui régissent leur profession, et qui datent de 1960. Ils réclament également la création d’un Ordre national,  regroupant les infirmiers, les sages-femmes, et les techniciens de la santé. Ils appellent par ailleurs à la mise en activité de l’Établissement des œuvres sociales, ainsi qu’à la création d’un cursus universitaire, à l’instar de ce qui se fait dans les autres pays, et selon les recommandations de l’OMS, et du Conseil international des professions d’infirmiers. 
Il est à noter que la plupart des réformes préalablement initiées avaient tout simplement pris la forme de projets de loi, et renvoyées aux calendes grecques par le Secrétariat général du gouvernement.Rappelons enfin que, pour la deuxième année consécutive, les infirmiers recourent à des formes nouvelles de contestation, comme le boycott des cours et des stages. 
Les enseignants eux-mêmes refusent d’ailleurs d'assurer les cours, en raison de la dévalorisation de leur statut. C'est dire le climat de tension extrême que traverse actuellement le corps infirmier, d'une manière globale.  
A ce propos, Soukaina Boudouil nous a déclaré : «Il faut savoir que le boycott des cours et des stages, ne nous réjouit guère car  nous aspirons  tous à la meilleure formation possible. Mais, fort malheureusement, le ministère de tutelle fait la sourde oreille face à nos revendications. Et il ne nous laisse pas d'autre choix. Il faut savoir aussi que  le ministre de la Santé refuse tout dialogue avec nous et que si  cette situation  perdure, il se peut que nous envisagions même une grève de la faim, après la marche nationale et le sit-in que nous comptons organiser».

Mehdi Ouassat
Vendredi 28 Mars 2014

Lu 1185 fois


1.Posté par plékhanov le 28/03/2014 19:53
Il est tout de même dommage que le personnel médical ,stagiaires de tout grade compris,pense à ses droits sans se soucier de ses obligations envers les citoyens à qui médecins et infirmiers peuvent répondre même dans un CHU après des mois d'attente qu'ils n'ont qu'à retourner au privé surtout quand des erreurs ont été commises sur des patients par les chirurgiens dans des cliniques non gouvernementales.
Il est encore bizarre que pour se faire soigner dans les hôpitaux publics,les patients qui ne peuvent payer dehors,aient besoin de pistons et encore....Alors ces "blouses blanches",tout compétence et tout statut confondus devraient se souvenir que le devoir bien rempli conditionne l'obtention des droits et que le ministère qui passe son temps à recevoir les plaintes des citoyens ne sait plus s'il faut écouter les fainéants égoïstes ou bien plutôt se mettre à en traduire devant les conseils de discipline un bon nombre pour donner l'exemple...

2.Posté par faty zara le 30/03/2014 23:52
3ans = licence ttsmplmnt ...
lmd c est votre droit
vs etes les infirmiers du fuuture
couraaage couraage couraage.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs