Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les avocats marocains en première ligne


A Tunis, ils ont rappelé que
le radicalisme
religieux constitue une menace pour
la démocratie



Les avocats marocains en première ligne
Une conférence internationale sur le rôle des avocats arabes dans le processus de transition démocratique a clos ses travaux, dimanche à Tunis, avec la participation d'avocats marocains.
Intervenant à cette occasion, l'avocat et député marocain, Abdellatif Ouahbi, a indiqué que l'avocat arabe est qualifié pour jouer un rôle efficace dans la réussite de l'expérience démocratique dans le monde arabe et œuvrer à son amélioration.
L'évolution du rôle de l'avocat de simple défenseur du citoyen ordinaire à celui de protecteur de la démocratie dans l'exercice de la politique, «est une question épineuse et complexe», a-t-il considéré dans une intervention intitulée «Le rôle politique de l'avocat après le Printemps arabe».
Le rôle de l'avocat dans une situation ordinaire consiste à demander une application stricte de la loi, a expliqué l'homme de loi marocain. Cependant, en politique, «il devient partie de l'autorité, gère l'action de justice et donc est responsable d'assurer la continuité de l'Etat et d'imposer sa soumission au droit», a-t-il ajouté.
Après les révolutions et les changements politiques survenus dans la région, le citoyen arabe n'est plus en mesure d'attendre encore une consolidation de la démocratie, a souligné M. Ouahbi, faisant observer que la présence de l'avocat dans le champ politique et son engagement à appliquer les slogans et les principes qu'il a défendus lorsqu'il était hors du pouvoir décisionnel, lui fait découvrir combien l'application des engagements à caractère moral est complexe.
D'un autre côté, l'avocat marocain estime que la mentalité tribale et communautaire et la pensée religieuse radicale menacent la démocratie naissante dans le monde arabe. Il considère que ces menaces ne sont pas moins dangereuses que les régimes totalitaires et que l'avocat arabe fait face aujourd'hui à deux choix: participer au développement de la démocratie ou se contenter du rôle de témoin de l'assassinat de la démocratie.

Libé
Mardi 15 Janvier 2013

Lu 189 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs