Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les autorités espagnoles tolèrent la contrebande mais craignent le transport d’armes

Vers un renfort des contrôles douaniers à Sebta et Mellilia




Les autorités espagnoles  tolèrent la contrebande mais craignent le transport d’armes
 
Les autorités du Préside occupé de Sebta ont décidé de renforcer les mesures de contrôle des  contrebandiers  marocains qui transitent quotidiennement par les postes douaniers, et ce afin d’empêcher tout trafic   d’armes vers le Maroc dans un contexte marqué par l’augmentation du nombre de cellules terroristes démantelées depuis l’année dernière, et celle des  Marocains et des Espagnols qui se rendent en Syrie pour rallier les réseaux jihadistes combattant le régime de Bachar Al-Assad.
Selon l’agence espagnole, Europa Press, «les autorités espagnoles renforceront leurs moyens humains et matériels au nouveau poste douanier de « Tarajal II » réservé au passage des contrebandiers marocains, lequel va être rouvert dans les prochaines semaines».
D’après la même source, chaque jour, des milliers de Marocains transitent par ces postes chargés de  marchandises, mais « exemptés de tout contrôle » jusqu’à maintenant. Cette situation inquiète aussi bien les autorités espagnoles que marocaines, car les réseaux terroristes peuvent en profiter pour introduire des armes au Maroc surtout après le démantèlement de plusieurs réseaux jihadistes œuvrant dans les villes avoisinant les deux présides occupés, à savoir Sebta et Mellilia.
Selon Europa Press, le ministère de l’Intérieur espagnol a « pratiquement » fini d’installer son  infrastructure de contrôle qui a « coûté plus d’un million d’euros », et  attend que les autorités marocaines aménagent leur poste douanier pour entamer leurs opérations de contrôle.
Récemment, les forces de sécurité marocaines ont  démantelé une cellule jihadiste dont le chef, Jamal Alcala Damir, est natif du préside occupé de Mellilia et a travaillé pendant neuf ans au sein de l’armée espagnole à Mellilia avant de s’installer à Nador pour entamer le recrutement des jihadistes et des « adeptes» dans les villes de Tétouan, Al-Hoceima, Taza, Fès, Marrakech et Nador.
En juin dernier, les services de sécurité espagnols avaient eux aussi démantelé un réseau terroriste composé de huit individus et dont le siège est situé à Sebta et Fnideq. Ce réseau, lié à Al Qaïda, procédait à l’enrôlement et l’embrigadement de jeunes Marocains en vue de les envoyer en Syrie.
Mais l’on doit se demander quelle sera la conséquence de cette nouvelle mesure sur le trafic quotidien des personnes et des  marchandises entre les Présides occupés et le reste du Maroc. Renforcer des contrôles ne risquerait-il pas d’attiser des mécontentements ?

Mourad Tabet
Mercredi 5 Février 2014

Lu 551 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs