Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Sahraouis d’Oran malmenés par les gendarmes algériens


Des faussaires proches de la direction séparatiste procéderaient à l’établissement de faux documents en faveur d’éventuels candidats à l’émigration clandestine



Dans les camps de Tindouf, c’est déjà l’été. La chaleur est suffocante. Les tempêtes de sable sont le lot quotidien des Sahraouis parqués dans le  désert hostile de Lahmada. C’est le moment que choisissent les dirigeants véreux du Polisario pour se rendre dans les grandes villes européennes et algériennes. Là-bas, ils profitent eux et leurs familles d’un grand confort. Maisons meublées et climatisées pour oublier les conditions de vie difficiles des camps.
A Oran, deuxième ville algérienne, vit une grande communauté sahraouie composée essentiellement de dirigeants du Polisario ou de leurs proches. Le niveau et le style de vie de cette communauté n’est, semble-t-il, pas du goût des parrains algériens. Ce que ces Sahraouis n’ont appris que ce jeudi 19 mai, lorsqu’une brigade de la gendarmerie a perquisitionné leurs domiciles. 
Surpris par cette irruption inopinée des gendarmes algériens dans leurs maisons, les Sahraouis ont fait appel à la direction du Polisario qui, semblant être de mèche avec les gendarmes algériens, n’a pas réagi. En parallèle aux fouilles, les gendarmes ont procédé à l’arrestation de deux Sahraouis qui ont été soumis à des interrogatoires puis relâchés avec comme consigne de ne pas quitter la ville. 
Les perquisitions ont également été opérées sur les véhicules appartenant aux Sahraouis garés dans les différents parkings de la ville et dont les propriétaires ont été interpellés par la gendarmerie. 
Selon des médias proches du Polisario, les gendarmes algériens rechercheraient des  parmi la communauté sahraouie. Ces derniers, proches de la direction du Polisario, procéderaient à l’établissement de faux documents en faveur d’éventuels candidats à l’émigration vers l’Europe. En attendant d’en savoir plus, les Sahraouis d’Oran sont soumis à une surveillance assidue de la part des autorités algériennes.  
 

A.E.K
Lundi 23 Mai 2016

Lu 729 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs