Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Libyens élisent leur Assemblée constituante

Des bureaux de vote endommagés par des explosifs




Les Libyens élisent leur Assemblée constituante
Les Libyens votaient jeudi pour élire une soixantaine de membres d'une Assemblée ayant pour mission de rédiger une Constitution pour le pays, privé d'une véritable Loi fondamentale pendant les 40 ans de dictature du régime de Mouammar Kadhafi.
 L'affluence était faible dans la matinée dans les bureaux de vote au terme d'une campagne électorale plutôt terne dans un pays qui reste très instable et en proie à l'insécurité.
Cinq bureaux de vote ont d'ailleurs été endommagés par des explosifs dans la nuit à Derna, fief de groupes extrémistes dans l'est libyen, quelques heures avant le début du vote, a annoncé la Haute commission électorale.
Selon des sources locales, ces attaques n'ont pas fait de victimes et visaient vraisemblablement à saboter le processus électoral.
 A Tripoli, à l'école Fatma al-Zahra, dans le quartier résidentiel de Hay al-Andalous, moins d'une centaine d'électeurs, sur 2.760 inscrits avaient voté deux heures après l'ouverture du bureau.
 "Les gens préfèrent faire la grasse matinée. L'affluence sera plus importante cet après-midi", a assuré Ali Hassan, le chef du bureau. 
 Ce jeudi a été décrété férié à l'occasion des élections et les bureaux de vote sont ouverts de 08H00 (06H00 GMT) à 19H00 (17H00 GMT). Les résultats définitifs devraient être annoncés "trois ou quatre jours après le scrutin", selon une source à la Haute commission électorale.
 Contrairement aux premières élections libres du pays en juillet 2012, les Libyens sont beaucoup moins enthousiastes. Seuls 1,1 million d'électeurs se sont inscrits pour ce scrutin, soit moins de la moitié qu'en 2012 et moins d'un tiers du total des électeurs potentiels.
Les Libyens sont déçus des réalisations du Congrès général national (CGN), la plus haute autorité politique et législative issue des élections de 2012, qui a échoué à rétablir l'ordre dans un pays en proie à l'anarchie.
La commission électorale a dû repousser à plusieurs reprises le délai d'inscription pour pouvoir dépasser le cap symbolique d'un million d'inscrits.
Le scrutin est, a priori, sans enjeux politiques. Officiellement, les partis politiques n'y participent pas et seules les candidatures individuelles ont été acceptées.
Au total, 692 candidats sont inscrits pour ces élections, dont 73 femmes, selon la commission électorale. Le ministère de l'Intérieur a indiqué que 25 membres des services de sécurité seraient affectés à chacun des quelque 1.500 bureaux de vote.
La Constitution qui devra être approuvée par référendum doit trancher sur des questions importantes comme la structure du pouvoir, le statut des minorités et la place de la charia. 
 Sur les 60 sièges de la future Constituante, six sont réservés aux minorités (Toubou, Amazigh et Touareg), et six autres aux femmes.
 Mais les Amazighs, qui devaient disposer de deux sièges, boycottent le scrutin pour protester contre l'absence de mécanismes garantissant leurs droits culturels dans la future Constitution.
AFP

Vendredi 21 Février 2014

Lu 354 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs