Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Irakiens défient les violences pour élire leurs députés

Tirs d’obus de mortiers contre des bureaux de vote près de Bagdad




Les Irakiens défient les violences pour élire leurs députés
Les Irakiens ont défié les violences mercredi pour élire leurs députés à l'occasion des premières législatives depuis le retrait américain à la fin 2011, le Premier ministre sortant Nouri al-Maliki se disant "sûr de sa victoire".
 Un flot régulier d'électeurs arrivait depuis 07H00 locales (04H00 GMT) dans les bureaux de vote, qui devaient fermer à 18H00 locales. Quelque 20 millions d'électeurs étaient appelés à se rendre aux urnes pour choisir 328 députés parmi plus de 9.000 candidats.
 Le scrutin a déjà été marqué par des violences: obus de mortier, bombes et grenades assourdissantes ont explosé à travers le pays.
 Au moins deux femmes sont mortes au nord de Bagdad, un policier a été tué lorsqu'un kamikaze s'est fait exploser à l'entrée d'un bureau de vote tandis qu'un autre bureau de vote a été totalement détruit, sans faire de victime.
 M. Maliki, qui brigue un troisième mandat, a voté vers 07H30 à l'hôtel Rachid, au coeur de la "zone verte", un secteur fortifié de Bagdad.
 Confiant dans son costume gris perle, il a déclaré aux journalistes être "sûr de la victoire".
 Ce scrutin est "encore plus réussi que le précédent, car il n'y a plus de soldat américain sur le sol irakien", a-t-il également dit, appelant les Irakiens à voter en nombre.
Le Premier ministre sortant est donné favori, malgré un bilan très critiqué et les violences, qui tuent en moyenne 25 Irakiens par jour depuis le début de l'année.
Son premier mandat (2006-2010) avait été marqué par une diminution des violences, mais son second a vu le nombre d'attentats augmenter, et n'a rien résolu des problèmes des Irakiens: chômage, corruption et piètres services publics.
 "Il faut chasser la plupart des politiciens, parce qu'ils n'ont rien fait à part se disputer depuis des années", lance Abou Achraf, 67 ans, venu voter dans le secteur de Mansour, dans l'ouest de Bagdad.
Agé de 91 ans, Jawad Saïd Kamaleddine est venu, appuyé sur ses béquilles, voter dans l'espoir que "tous les politiciens changent. Ce sont tous des voleurs, qui détournent l'argent du pays".
 Les forces de sécurité sont déployées en nombre pour prévenir tout attentat, les voitures ont interdiction de circuler dans Bagdad, et un couvre-feu a été instauré mardi à 22H.
 "Les insurgés ne vont pas rester tranquillement assis et dire au gouvernement +Allez-y, organisez vos élections+. Ils vont frapper fort", explique John Drake, spécialiste de sécurité pour AKE group, une société de consulting.
 Pour convaincre les électeurs de voter, les 9.039 candidats ont tapissé le pays d'affiches, sur lesquelles chacun joue sur son appartenance ethnique et confessionnelle, plus que sur son programme.
 Les tensions entre chiites et sunnites sont devenues un argument politique instrumentalisé tant par M. Maliki que par les jihadistes. Elles alimentent les violences, qui en avril seulement ont tué plus de 750 personnes.
 Les insurgés, dont des jihadistes de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), tiennent depuis début janvier Fallouja, à moins de 100 km de Bagdad, et plusieurs quartiers de Ramadi, dans la même province sunnite d'Al-Anbar.
 

AFP
Jeudi 1 Mai 2014

Lu 60 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs