Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les Européens refusent de confirmer la conclusion d'un accord en Ukraine

Viktor Ianoukovitch annonce une présidentielle anticipée




Les Européens refusent de confirmer la conclusion d'un accord en Ukraine
Les diplomates européens ont refusé de confirmer vendredi la conclusion d'un accord politique en Ukraine, annoncée auparavant par la présidence ukrainienne.
La présidence ukrainienne a affirmé dans un communiqué que "les négociations pour résoudre la crise politique entre le président Viktor Ianoukovitch, les responsables de l'opposition, et les représentants de l'Union européenne et de la Russie avaient abouti à un accord qui doit être signé à midi (10H00 GMT) à la présidence".
 Mais selon les Polonais et les Allemands, qui représentent l'Union européenne à ces négociations, aucun accord ne doit être signé à midi, heure qui correspond en fait à la reprise des négociations, interrompues sans avoir encore abouti.
 "Il y a une pause en ce moment (...), une prochaine rencontre aura lieu à midi heure locale", a déclaré le porte-parole du ministère polonais des Affaires étrangères Marcin Wojciechowski.
 "De nouvelles négociations doivent avoir lieu vers midi. Aucun accord final n'a été conclu", a indiqué une source au sein de la délégation allemande à Kiev.
Elle avait auparavant fait état de négociations "très difficiles".
 De même, le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, présent au début des négociations à Kiev avant un départ en Chine, a estimé qu'on "ne peut rien dire de définitif avant la fin de la matinée".
 "L'opposition, en particulier, veut pouvoir consulter un certain nombre de ses mandants, ce qui est tout à fait compréhensible", a-t-il ajouté sur la radio Europe 1, peu après son arrivée à Pékin.
 Les chefs de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier et polonaise Radoslaw Sikorski ont passé une grande partie de la journée de jeudi et toute la nuit de jeudi à vendredi en consultations avec le président Viktor Ianoukovitch et avec les leaders de l'opposition.
 Un représentant du Kremlin, le délégué aux droits de l'Homme et ancien diplomate Vladimir Loukine, est arrivé dans la nuit pour participer aux discussions.
La présidence n'a pas détaillé le contenu de l'accord qui aurait été conclu, mais selon la télévision ukrainienne 1+1, il prévoit une présidentielle anticipée en décembre, la formation d'un gouvernement de coalition d'ici dix jours et une réforme constitutionnelle dans les 48 heures.
 Ces mesures répondent aux demandes initiales de l'opposition, mais elles semblent aujourd'hui insuffisantes pour la satisfaire, après les récentes violences: les manifestants demandent désormais le départ immédiat du président Ianoukovitch, après le récent bain de sang à Kiev.
 

AFP
Samedi 22 Février 2014

Lu 911 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs