Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le vice-président américain en visite en Ukraine

Les craintes d’une intervention russe montent d’un cran




Le vice-président américain en visite en Ukraine
Le vice-président américain Joe Biden devait se rendre hier à Kiev pour soutenir les autorités ukrainiennes pro-occidentales, au moment où les craintes d'une intervention russe dans l'Est de l'Ukraine sont montées d'un cran avec l'appel des insurgés séparatistes à Vladimir Poutine.
Une fusillade meurtrière dimanche, le jour de Pâques, en périphérie de Slaviansk contrôlée par des forces armées pro-russes, a brusquement refroidi les espoirs de règlement de la crise nés de l'accord conclu à la surprise générale jeudi à Genève entre Russes, Ukrainiens et Occidentaux.
L'attaque, qui a fait cinq morts selon les séparatistes et trois selon Kiev, a provoqué l'indignation de Moscou, qui a dénoncé le sort des "victimes innocentes". Elle a poussé le maire autoproclamé de la ville, Viatcheslav Ponomarev, à demander solennellement au président russe d'envoyer des forces de "maintien de la paix" dans la région russophone, ou au moins des armes pour repousser les paramilitaires nationalistes qui selon lui menacent la population.
Cet appel à Moscou, qui a reconnu avoir massé des troupes à la frontière, rappelle celui des dirigeants de la Crimée au président russe avant le référendum conduisant à son rattachement à la Russie.
Depuis la perte par Kiev de la Crimée, les Etats-Unis et l'Union européenne ont appliqué des sanctions contre de hauts responsables russes et Washington menace de nouvelles mesures s'attaquant cette fois à des pans entiers de l'économie russe, déjà confrontées à des fuites massives de capitaux et au bord de la récession.
Le vice-président américain, qui s'est fortement impliqué dans la crise politique en Ukraine depuis son éclatement en novembre, devait rencontrer hier le président par intérim Olexandre Tourtchinov et le Premier ministre Arseni Iatseniouk.
 "Le monde a des raisons de s'inquiéter des intentions de Poutine", a lancé M. Iatseniouk à la télévision américaine NBC  dimanche: "La fédération de Russie a sapé la stabilité internationale".
 "Il est évident aujourd'hui que la Russie est une menace pour le monde, pour l'Union européenne et pour l'Ukraine", a ajouté le dirigeant ukrainien.
 Le voyage de M. Biden ne devrait pas manquer d'irriter Moscou. Russie et Etats-Unis s'accusent mutuellement d'ingérence et d'absence de volonté pour appliquer l'accord de Genève, qui prévoit notamment le désarmement des groupes paramilitaires, nationalistes ou séparatistes, et la libération de bâtiments publics, à Kiev comme dans l'Est.
 Les insurgés pro-russes ont fait fi de ce texte et gardent le contrôle de l'administration régionale de Donetsk mais aussi de nombreuses mairies dans la région.

AFP
Mardi 22 Avril 2014

Lu 598 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs