Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le théâtre tunisien à l’affiche

Festival international de Figuig




Le théâtre tunisien à l’affiche
Parmi les troupes théâtrales invitées à se produire, ce week-end, sur les planches du Festival international de théâtre de Figuig, l’on trouve celle du Centre national des arts dramatiques et scéniques du Kef, de Tunisie. Vingt ans d’existence, d’exercice et de professionnalisme. Cette importante expérience s’est enrichie également par une tradition théâtrale, de près de quarante sept ans. La région du Kef, située à 160 km de la capitale, est, en effet, connue par l’engouement de ses jeunes pour la culture en général, et le théâtre en particulier. C’est là qu’un certain Mouncif Souissi a fondé en 1966 l’une des célèbres troupes du pays.
Ce n’est donc pas par hasard que leur représentation soit fort attendue par les férus des planches à l’Oriental. «Tark Assalij» ou «Quand les langues sont coupées» est l’intitulé de la pièce qui a puisé dans le patrimoine populaire tunisien. C’est une présence remarquable. Des comédiens habiles et expérimentés. L’espace est à moitié obscur. Des labyrinthes et couloirs sans vraie issue. Un renouvellement des moyens et des méthodes utilisés. Une vision artistique très avancée.
L’histoire est véhiculée subtilement par des actions, des mouvements, des gestes et un verbe simple et significatif. Des personnages qui se donnent rendez-vous, mais qui ne se rencontrent jamais. Une vie jalonnée de souffrances, de tristesse et de malheurs qui frisent la tragédie. Un jeu de vie et de mort. Détenus d’opinions, ils sont informés que la peine de mort, condamnation qu’ils doivent subir, a été reportée à une date indéterminée. Ils retrouvent les cachots pour être de nouveau persécutés et torturés. Pourtant, les personnages persistent et signent. Ils veulent vivre, s’attachent à la lueur d’un espoir prometteur et dégagent cet amour pour la vie.
Outre «Tark Assalij», les passionnés de ce genre précurseur ont pu apprécier trois autres pièces, en l’occurrence «La Vie en rose » de la troupe espagnole «El gran cameleon teatro»,  «Azzouhri» (Le chanceux) de la troupe Assalam pour le théâtre et l’art à Oujda et enfin «L’hyène des ergs», pièce libyenne.
La journée du dimanche a été marquée également par une conférence sur les «Spectacles et la culture populaire marocaine», animée par Zhour Ibrahim, Mohamed Hamidi et Salaheddine Jebbari… 

Mustapha Elouizi
Mercredi 17 Avril 2013

Lu 470 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs