Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le taux de criminalité en constante augmentation : A Essaouira,vols et agressions en série




Le taux de criminalité est en constante augmentation à Essaouira. Les actes d'agression et de vol perpétrés dans différents quartiers de la ville montrent clairement que la ville des alizés n'est plus cette cité de sécurité et de quiétude. Certes, les services sécuritaires déploient de considérables efforts pour venir à bout de ces actes isolés qui ternissent l'image de cette destination touristique, mais l'effectif réduit des forces de l'ordre, et la pénurie des moyens matériels, handicapent toute stratégie sécuritaire.
La semaine dernière, le jeune élève Akasbi, a été agressé par deux inconnus qui l'ont surpris dans le quartier Tafoukt. Ils l’ont poignardé dans le dos avant de le détrousser. Se débattant pour se libérer de l’emprise de ses agresseurs, il avait reçu un coup de couteau à la main droite. Heureusement qu'il a profité du passage d'une voiture pour prendre la fuite. D'après l'oncle de la victime, son neveu qui est sorti de l'agression avec un nerf coupé et une plaie dans le dos, a été  la  troisième personne  agressée à visiter le service des urgences à l'Hôpital Sidi Mohammed Ben Abdellah le même jour, tandis que les agresseurs courent toujours.
Quelques jours après, devant la mosquée avoisinant le siège de la province d'Essaouira, deux voleurs se sont emparés de la recette de deux taxis dont les chauffeurs accomplissaient la prière. Ils avaient tranquillement forcé les portières  des taxis sans crainte d'être appréhendés par les forces de l'ordre.
Deux semaines avant, nous avons été contacté par un citoyen traumatisé par les événements sanglants d'une longue nuit  de violence, d'alcool et d'échange de coups entre des jeunes drogués qui ont semé la pagaille dans les escaliers d'un bâtiment inhabité au lotissement Al Amal. " Je n'ai pas pu dormir la nuit, une bande de jeunes ivres et drogués n'ont cessé d'échanger de coups de couteaux en brisant des bouteilles de vin et en vociférant. Lorsque je me suis réveillé le matin, les murs et  les escaliers du bâtiment  étaient tachés de sang et même dans la rue. On ne peut plus circuler la nuit en paix dans ce quartier qui était l'un des plus tranquilles", nous a raconté ce citoyen traumatisé, photos à l'appui.
Le linge  des familles  aussi n'est pas   à l'abri d’actes de pillage, à tel point qu'il est devenu sujet d'anecdotes dans le milieu des femmes au foyer. On raconte même l'histoire de ce voleur qui a pris l'habitude de pénétrer  dans l'une des maisons du lotissement, de manger à sa faim, de changer ses vêtements et de repartir tranquille! 

Abdelali Khallad
Mardi 9 Février 2010

Lu 613 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs