Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le petit pèlerinage suscite de grosses inquiétudes

La FNAV dément toute restriction du nombre de Marocains candidats à la Omra




Le petit pèlerinage suscite de grosses inquiétudes
De nombreux Marocains craignent pour leur projet de la Omra (petit pèlerinage). Et pour cause.  Le quota du Maroc tel qu’il aurait été arrêté par l’Arabie Saoudite s’élève à 10.000 places réparties entre les différentes agences de voyages et concernant la période commençant à une semaine du Ramadan et prenant fin deux semaines après l’Aid. De quoi inquiéter, en effet, bon nombre de croyants qui préfèrent accomplir ce rite particulièrement au mois de Ramadan. A moins qu’il ne s’agisse-là que de ce genre de rumeurs qui accompagnent souvent toutes les campagnes de pèlerinage.
Pour en avoir le cœur net, Libé a contacté des membres de la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) qui nous ont tenu des propos plutôt rassurants. Il ne s’agit pas plus que de rumeurs intéressées.
«Jusqu’à présent, nous n’avons reçu aucun document officiel des autorités saoudiennes fixant le nombre des Marocains désirant accomplir la Omra de cette année à 10.000 places », a tenu à nous indiquer un membre de la FNAVM.
«Ces rumeurs émanent d’intermédiaires véreux qui tentent, semble-t-il, d’enchérir le droit de visa que toute personne désirant effectuer ce rite  doit demander aux autorités saoudiennes », a fait savoir la même source.
Chaque année, durant le mois sacré, entre 30.000 et 40.000 Marocains, accomplissent la Omra. Et ce nombre est appelé à augmenter du fait que le pèlerinage devient de plus en plus difficile vu le quota imposé par les autorités saoudiennes.     
En effet, les autorités saoudiennes ont procédé à  l’élargissement des lieux Saints de La Mecque et de Médine  pour faire face à l’augmentation du nombre des pèlerins  chaque année.
A noter qu’à partir de 2014, le système du Haj sera changé. En effet, le gouvernement a décidé la libéralisation et l’augmentation de la part de ce marché qui revient aux agences de voyages grâce à un accord signé entre les deux parties.
Ce système permettra une diversité de l’offre de services plus grande, mais son impact sur les prix reste difficile à évaluer.
Ainsi, les 32.000 Marocains qui gagnent le droit, chaque année, de partir à La Mecque choisiront, désormais, entre le système public et les agences de voyages privées après le tirage au sort et non avant, comme cela se faisait depuis 2007.

Larbi Bouhamida
Jeudi 30 Mai 2013

Lu 666 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs