Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le pédophile Galvan nie avoir abusé d’une mineure en 2004

Les parents de la fille réitèrent leurs accusations




Le pédophile Galvan nie avoir abusé d’une mineure en 2004
Le pédophile Daniel Galvan Fina, âgé de 65 ans, a été auditionné en cette fin de semaine par la justice espagnole dans une affaire d’abus sexuels qui remonte à  2004.
Lors de sa déclaration devant la juge du tribunal de Torrevieja, le pédophile a reconnu avoir lié une relation d’amitié avec la famille qui a déposé une plainte contre lui au début du mois passé pour avoir abusé sexuellement de leur petite fille en 2004 (âgée alors d’à peine 5 ans), mais en même il a nié catégoriquement les faits qui lui sont reprochés.
Selon El Pais, le pédophile a travaillé dans la localité de Torrevieja comme traducteur pour le compte de la Guardia Civil, et il a noué une relation d’amitié avec le père qui disposait d’un kiosque. « Et peut-être, le père laissait sa fille chez le pédophile pour prendre soin d’elle quand il était absent. Et c’est dans ces circonstances que le pédophile pourrait avoir abusé de la fille, même si la plainte des parents n’en fait pas mention ».
L’avocat du pédophile, Manuel Maza, a précisé dans une déclaration à la presse, après la comparution de son client, que l’affaire n’est « qu’un règlement de comptes» entre le père et Daniel Galvan.
L’audition du pédophile a duré un peu plus d’une heure, durant laquelle il a répondu à toutes les questions qui lui ont été posées soit par le représentant du ministère public, soit par la juge ou son avocat.
Mais la justice ne compte pas s’arrêter là, elle auditionnera d’autres personnes dans cette affaire dont l’ex-fiancée du pédophile qui comparaîtra aujourd’hui devant la justice, et ce à la demande de la partie plaignante.
A noter que les parents de la fille ont déposé au début du mois dernier une plainte contre Daniel Galvan. Et selon les médias espagnols, quand les parents ont vu les images du pédophile à la télévision, ils se sont rappelés des faits relatés par leur enfant et auxquels ils n’ont accordé aucun crédit. Mais quand ils se sont rendu compte des crimes qu’il a commis, ils ont décidé de déposer plainte contre lui.

Mourad Tabet
Lundi 2 Septembre 2013

Lu 752 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs