Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le nouveau gouverneur de Tiznit va à la rencontre des élus et autorités locales : Tafraout déballe ses maux




Après son investiture à la tête de la province de Tiznit, le nouveau gouverneur  entreprend déjà les tournées  coutumières pour  marquer son premier contact avec les différents districts relevant de son territoire de compétence. A Tafraout, il s’est réuni,  pour sa première sortie, avec les élus des six communes faisant partie du Cercle de la région, les autorités  et quelques responsables du tissu associatif local. Une  rencontre qui, a-t-il  souligné, s’inscrit   dans le  souci de conforter  la politique de proximité,  d’écoute et d’anticipation qui constitue la base  du  nouveau concept d’autorité auquel les agents d’autorité sont tenus.
Avant de prononcer une allocution portant sur les différentes potentialités économiques et surtout touristiques  de la région,  l’élan de solidarité pris par le réseau associatif local et la nécessité de son développement pour un meilleur décollage des secteurs générateurs d’emplois et de ressources pour les habitants de cette contrée enclavée.
Le gouverneur a également sollicité la synergie des différents partenaires responsables pour réussir, en considérant leur collaboration, comme  condition prioritaire. Dès que la parole a été donnée à l’assistance, la réunion a vite basculé dans  une  séance, plutôt, de formulation de doléances et de diverses difficultés dont pâtissent les habitants dans leur quotidien. Le problème d’eau,  d’infrastructures routière, sanitaire  et d’enseignement occupe le devant des incommodités  égrenées par les représentants des habitants. Pour un élu, «cet épanchement» spontané ne peut s’expliquer que par le manque de communication et les frustrations accumulées durant le mandant de l’ex-gouverneur.
Un  triste épisode, en effet, qui  a fait  sombrer la province dans une gestion approximative frisant l’incurie et qui s’est répercutée sur la qualité des prestations offertes au niveau des services  et les vicissitudes qui ont marqué les citoyens dans leurs rapports avec  l’administration.
Le cas de Tafraout, sans vouloir faire  de procès à quiconque, représente le microcosme révélateur de l’anarchie encouragée par l’impunité des responsables qui font litière du nouveau concept d’autorité et encore moins de leur devoir. Sinon, comment explique-t-on que les nombreuses plaintes des habitants auprès du pacha,  premier responsable au niveau de la ville, demeurent toujours sans suite? Le tourisme  qui fait vivre plus de 80% des  habitants et qui devrait bénéficier de l’attention des autorités, vient  en tête  des   secteurs les plus touchés par cette passivité inconséquente voire complice.
Idem pour les  méfaits de la mafia locale des briquetiers  qui vandalise  les sites touristiques en pillant au grand jour leurs granites roses. On se demande aussi pourquoi les documents relatifs aux requêtes et dossiers de construction, notamment les plans s’appesantissent au niveau de certains bureaux; alors que s’ils sont mis entre les mains de certains fonctionnaires que l’on peut assimiler désormais  à des agents privés n’étant que rarement disponibles, avancent avec une célérité inouïe. S’ajoute le problème de l’alcool qui coule à flots en plein jour dans la ville pour désaltérer les gosiers des jeunes en mal d’emploi, au grand profit de certains établissements touristiques et leurs protecteurs parmi les responsables; le carburant subventionné  qui arrose,  au vu de tous, la ville de nuit  au détriment de la loi et  des usagers  dont les véhicules n’arrêtent de crachoter en raison  de la qualité frelatée du produit écoulé …La liste des maux n’est pas exhaustive  autant que l’inaction des responsables qui cautionnent ces commerces juteux par un silence de mort. Les  Tafraoutis blasés par autant de pratiques irresponsables qui empoisonnent leur vie et hypothèquent le développement de leur région enclavée, espèrent que le nouveau responsable provincial renverse la vapeur en s’attaquant à ces poches de résistance à la nouvelle politique pour la gestion des affaires des citoyens. Toutefois, l’ensemble des élus ont déjà  retenu avec satisfaction :  la sobriété dont  fait  montre le nouveau gouverneur, en tenant à épargner à ses hôtes, les barbants accueils cérémonieux dignes de l’ancienne  garde.
Autre point positif  aussi, son refus  des  banquets et gueuletons  gargantuesques qui étaient organisés en l’honneur des ex-gouverneurs  lors de leurs différents déplacements dans la province.

IDRISS OUCHAGOUR
Samedi 14 Février 2009

Lu 1000 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs