Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le newlook de la sélection tunisienne

George Leekens fait l'unanimité




Le newlook de la sélection tunisienne
Le sélectionneur belge de l'équipe de Tunisie a vite réussi son opération charme à coup de deux victoires aux éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations Orange, le 6 septembre à Monastir face au Botswana (2-1), et le 10 septembre au stade de La Défense aérienne du Caire dans le derby contre l'Egypte (1-0).
Réaliste et au triomphe modeste, il avoue pourtant ne retenir du match de la capitale égyptienne que les trois points.
"On ne peut qu'être fier de ce groupe, de la qualité de son jeu et de sa rage de vaincre. Mais on ne doit pas pour autant tomber dans l'excès de confiance. Le groupe se trouve en phase de construction. Il possède une belle marge de progression s'il reste sérieux et humble dans la victoire", insiste-t-il.
Son assistant, Ghazi Gherairi insiste sur la réussite tactique. "Nous avons prévu que les Egyptiens allaient attaquer d'entrée, car ils tenaient à effacer la débâcle de Dakar. Nous avons décidé de les prendre d'entrée de jeu dans leur zone, en profitant des grands boulevards qu'ils allaient laisser. Pourtant, notre bloc défensif a été parfois trop bas, nous exposant à certains risques. Ces trois points vont nous permettre de travailler dans la sérénité et la confiance", analyse-t-il.
Les observateurs saluent le courage du staff technique qui a osé et pris les risques nécessaires au Caire. En rupture avec d'anciens managers techniques qui cadenassaient à l'extérieur, Leekens a joué franchement le jeu, cherchant carrément la victoire. Résultat: une domination dans les trois quarts de la partie, et un score qui aurait pu être plus large encore.
Même si le staff technique appelle à la retenue et martèle que rien n'est joué, le chemin étant bien long, il n'en est pas moins vrai que la Tunisie a fait un pas important vers la qualification. Le 11 octobre, elle ira à Dakar, défier le Sénégal, pleine de confiance et de certitudes. Celles que représente un ensemble équilibré et qui peut compter sur d'immenses ressources offensives. 
Le 10 septembre au Caire étaient en effet alignés côte à côte Wahbi Khazri, Yassine Chikhaoui, Youssef Msakni et Fakhreddine Ben Youssef. Un quatuor de solistes qui n'a peut-être pas son équivalent sur le continent. Et dire qu'il manquait à l'appel Issam Jemaâ et Sami Allagui en attaque, et Aymen Abdennour et Yassine Mikari en défense.
 

Cafonline.com
Mardi 16 Septembre 2014

Lu 445 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs