Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le ministre de la Santé veut faire taire le débat sur l’avortement clandestin

El Ouardi réclame des sanctions contre Pr Chraïbi après son passage sur « Envoyé spécial »




Le ministre de la Santé veut faire taire le débat sur l’avortement clandestin
Pr Chafik Chraïbi s’en doutait-il un seul instant ? Son apparition dans l’émission « Envoyé spécial » qui a consacré un reportage sur l’avortement au Maroc, diffusé sur France 2 le 11 décembre courant, risque de lui coûter sa carrière.
Le ministre de la Santé, Houssine El Ouardi, vient en effet d’adresser un courrier au Conseil national de l’ordre des médecins, au Conseil régional de Rabat, à la Faculté de médecine et au CHU de la capitale pour leur demander de statuer sur le cas «Chraïbi ».
Le responsable gouvernemental de gauche reproche au Dr Chraïbi d’avoir bafoué l’éthique en laissant entendre qu’il aurait pratiqué des avortements clandestins au sein de l’hôpital. Autre grief brandi par M. El Ouardi, le chef de service de gynécologie obstétrique de la maternité des Orangers de Rabat s’est fait interviewer par les journalistes étrangers, français en l’occurrence, qui n’avaient pas demandé l’autorisation de filmer auprès des autorités compétentes. « A aucun moment M. Chraïbi ne dit qu’il a pratiqué des avortements illégaux au sein du service qu’il dirige. Et ce n’est pas à lui de vérifier si les journalistes d’Envoyé spécial ont une autorisation ou pas. Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de gale. On reproche au Pr Chafik Chraïbi de médiatiser à l’international le douloureux dossier des avortements clandestins au Maroc. Et dès que l’étranger s’en mêle, la réaction de nos responsables se fait épidermique », commente ce célèbre chirurgien de la place.
Le débat sur l’avortement clandestin au Maroc n’a pas été ouvert à l’occasion du reportage de l’émission que présentent Guilaine Chenu et Françoise Joly sur France 2. Fondateur de l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin, Chafik Chraïbi a eu le mérite de faire de l’avortement hors milieu médical et donc clandestin une affaire publique qu’il a portée jusqu’au Parlement. Il y a 4 ans, c’est bien le groupe parlementaire du PJD à la Chambre des représentants qui a organisé en partenariat avec l’Association marocaine de lutte contre l’avortement clandestin une journée d’études sur cette question. Il révélera aussi des chiffres effarants qui témoignent d’une réalité terrible : entre 600 et 800 Marocaines avorteraient clandestinement tous les jours dans des conditions sanitaires effroyables. Et pour cause, le Code pénal sanctionne l’avortement qui n’est autorisé que dans les cas où la vie ou la santé de la mère sont menacées. Pas question au Maroc d’interrompre une grossesse causée par un viol, un inceste et encore quand il s’agit de malformations fœtales graves.
En saisissant Conseil de l’ordre, Faculté de médecine et CHU, le ministre progressiste de la Santé cherche-t-il à faire taire le débat sur l’avortement clandestin qui est aujourd’hui en passe de devenir un problème de santé publique ? En tout cas, c’est la liberté d’expression d’un médecin qui s’élève contre les boucheries provoquées par des avortements pratiqués de manière clandestine qui est remise en cause par ce responsable gouvernemental. Le combat contre de tels avortements ne date pas d’aujourd’hui. La question est posée à l’intérieur même de l’Institution législative. L’exemple tunisien, ce pays musulman proche de nous qui a su légaliser l’avortement, donne à réfléchir d’autant que, comme le rappelle le directeur de Dar Al Hadith Al Hassania, Ahmed Khamlichi, il n'existe aucun verset coranique qui parle d'avortement ou d'embryon.
Sanctionner Pr Chafik Chraïbi et vouloir le faire condamner par ses pairs du Conseil de l’ordre est une atteinte aux libertés individuelles qui n’en finissent pas de rétrécir sous le gouvernement Benkirane.

Narjis Rerhaye
Jeudi 25 Décembre 2014

Lu 1232 fois


1.Posté par Driss le 25/12/2014 10:50
A partager ...
Ce gouvernement part de plus en plus en vrille, ils ne savent plus quoi faire pour faire parler d'eux. Une honte à ce ministre qui se dit être médecin. Où est votre éthique médicale Monsieur le ministre? Ou bien est-ce purement et simplement un manque de compétences de votre part qui vous a propulsé ministre et aujourd'hui vous jalousez vos confrères ?
Si l'on résume, vous souhaitez au final garder l'avortement clandestin en n'en parlant pas, et en jouant le risque de perdre des vies humaines. Il est loin le serment d'hypocrate. Ou bien avez-vous prêté le serment d'hypocrite?
Aujourd'hui la société marocaine se développe de plus en plus. Vous aurez du mal à faire taire les marocains. Ne nous cherchez pas des poux.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs