Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le ministre El Ouafa reviendra-t-il à de meilleurs sentiments ?




Le ministre El Ouafa reviendra-t-il à de meilleurs sentiments ?
Il serait difficile d’entrevoir le dialogue ou ce qui y ressemble entre le ministre de l’Education nationale et les Syndicats et notamment ceux qui se trouvent être les plus représentatifs dans le secteur, la FDT et la CDT en l’occurrence.
Selon nos sources, mercredi dernier, les représentants syndicaux dépendant de ces deux centrales ont dû passer en compagnie de Mohamed El Ouafa plus de quatre heures sans qu’il y ait quelques avancées notoires. On déplore même que l’on n’ait pas touché vraiment aux points inscrits dans ce qui a été censé servir d’ordre du jour. En effet, les deux parties devaient examiner certains points dont le bilan de gestion des ressources humaines et celui de la rentrée scolaire au titre de l’année 2011-2012, le dossier revendicatif de la CDT soumis le 13 mars 2012 au ministre, ainsi que le bilan du mouvement du personnel de l’année dernière et le projet d’une note concernant les mouvements au titre de 2012-2013. Après tout ce temps passé, et à la demande desdits syndicats, il a été convenu de reporter cette réunion au 21 janvier.  
Nous avons saisi cette occasion pour dénoncer l’offensive sans précédent du ministère menée contre les libertés syndicales, ses tentatives de faire monter l’opinion publique contre les enseignants et de rendre responsable le corps enseignant de l’échec de la politique  de son département, nous a souligné  Sadek Rghoui, membre du bureau central de la FDT. Aussi, nous avons tenu à rappeler au ministre  de l’Education nationale qui  vient de rendre public le nombre de certificats médicaux enregistrés par le système informatique que le métier d’enseignant reste l’un des plus stressants, des plus contraignants et des plus éprouvants pour les nerfs et que ce nombre est insignifiant à le comparer au  nombre global de l’ensemble du personnel.S’agissant des détachements syndicaux, le responsable syndical nous a fait savoir que  le ministre n’y est pas allé par quatre chemins dans ses correspondances adressées à la CDT et à la FDT y tenant un langage pour le moins inapproprié et irrespectueux. Et comme par hasard, ces lettres ont été envoyées juste après l’annonce de la grève nationale dans l’enseignement  prévue pour le 12 février prochain.
En attendant la prochaine réunion, Sadek Rghoui a déploré l’approche adoptée par le département de tutelle basée principalement sur l’exclusion des autres partenaires sociaux et la prise de décision de manière unilatérale. Et de conclure que plusieurs acquis et droits arrachés durant des années risquent d’être compromis.

Larbi Bouhamida
Vendredi 18 Janvier 2013

Lu 549 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs