Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le gouvernement veut créer moins de la moitié des 15.000 postes nécessaires : Le SNE rejette le contenu de la loi de Finances 2012




Sur les 15.000 emplois nécessaires pour maintenir un bon fonctionnement du système d’enseignement au Maroc, le projet de loi actuel ne prévoit que 7.800 postes dont un nombre important est consacré à la régularisation d’une situation antérieure.   Ce n’est là que la partie visible de l’iceberg.
Dans son communiqué publié à l’issue de la réunion qu’il a tenue le vendredi 16 mars, le Syndicat national de l’enseignement (SNE), affilié à la FDT, en a relevé tellement de problèmes qu’il convient de se demander si le gouvernement actuel a réellement l’intention de réformer le système éducatif ou s’il veut  tout simplement  le vouer à une lente agonie.
« La loi de Finances 2012 traduit la totale indifférence à l’égard des souffrances des enseignants qui ont payé cher le déficit criant en ressources humaines ». C’est ce qu’a indiqué le SNE à l’entame de son communiqué qui expose de manière claire  les différentes  problématiques du système éducatif national.  
Contacté par Libé, Mountassir Abdelaziz, secrétaire général adjoint du SNE, nous a déclaré que la position du ministère est marquée par l’absence d’une réelle volonté, d’une stratégie et d’un plan clair  en vue de mettre fin aux multiples dysfonctionnements que connaît le secteur.  Et de préciser  que toutes les décisions ont été prises de manière précipitée et incongrue, sans que le ministre donne ou propose des alternatives.  
Le premier responsable du ministère manque de visibilité, n’a pas de planning, semble conciliant  et n’entreprend rien pour le moment pour apaiser les tensions qui persistent dans le secteur, enregistrées dans différentes régions du Royaume en particulier à Midelt, nous a confirmé Abdelaziz Mountassir.
Pour toutes ces raisons, «nous avons décidé d’organiser  lundi 26 mars une conférence de presse, et ce pour sensibiliser toutes les composantes concernées par l’action éducative, notamment les associations des parents d’élèves, celles éducatives et les partis politiques en vue de faire changer cette situation des plus lamentables ». Ce sera aussi l’occasion de prendre les décisions appropriées  pour réformer tout le système éducatif et satisfaire les revendications des enseignants, toutes catégories confondues, a-t-il conclu.

LARBI BOUHAMIDA
Mardi 20 Mars 2012

Lu 687 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs