Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le général Khalifa Haftar exige la suspension du Parlement libyen

Le général dissident continue de rassembler les soutiens




Le général Khalifa Haftar exige la suspension du Parlement libyen
dissident Khalifa Haftar a exigé mercredi la formation d'un "Conseil présidentiel" en Libye pour remplacer le Parlement de plus en plus contesté, et conduire une nouvelle étape de transition dans ce pays plongé dans le chaos.
Accusé par les autorités de transition de mener un coup d'Etat, il a continué de rallier de nouveaux soutiens à son offensive, lancée selon lui contre les "groupes terroristes" en Libye.
Il a ainsi reçu mercredi soir l'appui du ministre libyen de la Culture, Habib Lamine, premier membre du gouvernement à se déclarer ouvertement en faveur de l'initiative de Haftar. 
 "Le Conseil supérieur des forces armées" demande au CSM, la plus haute autorité juridique du pays, "de former un Conseil supérieur présidentiel, civil, qui aura pour mission de former un gouvernement d'urgence et préparer des élections législatives", a indiqué M. Haftar, qui lisait un communiqué sur des images retransmises par plusieurs télévisions libyennes.
Le Conseil présidentiel remettra le pouvoir ensuite au Parlement élu, a ajouté M. Haftar qui parlait depuis la ville d'Al-Abyar, dans l'est libyen.
Ce Conseil est appelé, selon M. Haftar, à remplacer le Congrès général national (CGN, parlement), la plus haute autorité politique et législative du pays, élu en juillet 2012.
On ignore pour le moment si le CSM répondra positivement à la demande du général.
 Selon M. Haftar, "l'armée" a pris ces décisions après le refus du CGN de suspendre ses travaux "comme le réclame la population".
 Le Congrès est en effet considéré par plusieurs observateurs comme une des causes de la crise en Libye. Il est notamment critiqué pour n'avoir pas su rétablir la sécurité dans le pays, en proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi.
Face à une recrudescence des violences nourries par des tensions politiques, la Commission électorale a fixé au 25 juin la date de l'élection d'un nouveau Parlement pour remplacer le CGN.
Certains observateurs mettent en doute la capacité des autorités à organiser le scrutin. Mais "la Commission électorale dispose des moyens logistiques et humains nécessaires pour organiser ces élections à la date prévue", a estimé un diplomate occidental.
L'ex-général Haftar, pendant ce temps, rassemble les soutiens: dans la nuit de mardi à mercredi, le chef d'état-major de la Défense aérienne, le colonel Jomâa Al-Abani, a annoncé sur une télévision privée qu'il se joignait à l'opération baptisée "Dignité".
 Le général à la retraite a lancé vendredi une offensive contre les groupes radicaux à Benghazi qu'il accuse de "terrorisme" et les combats ont fait des dizaines de morts. L'offensive a été suspendue le temps de réorganiser les troupes, a-t-il dit, affirmant qu'il ne souhaitait aucunement prendre le pouvoir.
"La Libye est devenue un repaire pour les terroristes qui contrôlent les rouages de l'Etat", a-t-il encore dit mercredi soir.

AFP
Vendredi 23 Mai 2014

Lu 362 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs