Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le fossé entre Kiev et Moscou se creuse

L'UE prépare une riposte




Le fossé entre Kiev  et Moscou se creuse
L'Ukraine continue à s'éloigner de la Russie dans le sillage du rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie et compte sur le soutien des dirigeants européens qui, réunis à Bruxelles, doivent adopter de nouvelles sanctions contre Moscou.
Le parlement de Kiev a adopté mercredi une résolution proposée par le président par intérim Olexandre Tourtchinov déclarant que "l'Ukraine se battra pour la libération de la Crimée".
 La veille, Kiev a annoncé plusieurs mesures ponctuant la rupture avec Moscou, dont l'instauration de visas pour les Russes et le retrait de la CEI, organisation de onze républiques de l'ex-URSS.  Dans ce contexte, la libération par les autorités de la Crimée du commandant en chef de la marine ukrainienne, détenu mercredi par les forces russes ayant occupé le QG des forces navales ukrainiennes à Sébastopol, est peu susceptible de détendre les relations avec Moscou, même si c'est le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, qui est intervenu personnellement en faveur du contre-amiral Serguiï Gaïdouk.
D'autres Ukrainiens détenus par les autorités de la Crimée, considérés par Kiev comme des "otages", ont également été libérés.
 Parallèlement, Moscou a annoncé que son administration a commencé à délivrer des passeports russes en Crimée, une étape symbolique de l'intégration de la péninsule ukrainienne. 
 A Bruxelles, les ministres européens doivent chercher une riposte crédible à l'opération éclair russe scellée mardi par la signature d'un traité avec les autorités pro-russes de Simféropol.
 A l'occasion de ce sommet, l'Ukraine doit signer vendredi le volet politique de l'accord d'association avec l'UE.
 Les 28 pourraient décider d'annuler le sommet Russie-UE prévu en juin à Sotchi, mais ne devraient pas aller jusqu'à des sanctions économiques qui porteraient atteinte à leurs intérêts.
 L'UE envisage également d'élargir la liste de personnalités russes et ukrainiennes pro-russes frappées d'interdiction de visa et de gels des avoirs. La première annonce de ce genre de sanctions par Washington et Bruxelles lundi a fait l'objet de commentaires ironiques à Moscou, tandis qu'un vice-ministre russe des Affaires étrangères a indiqué jeudi que la Russie allait adopter des actions analogues à l'encontre des Américains. Certains pays, comme la Grèce, la Finlande et la Bulgarie, s'inquiètent pour les livraisons de gaz russe. La France cherche à préserver la vente de deux navires militaires Mistral à la Russie, et le Royaume-Uni l'engouement des sociétés russes pour la City de Londres.
 Cela n'empêche pas l'Occident de chercher à adopter un ton ferme.
 L'intervention de Moscou en Crimée participe d'une "stratégie globale" de la Russie qui pourrait intervenir dans l'Est de l'Ukraine, a affirmé mercredi à Washington le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen.
 De son côté, Berlin a décidé de suspendre un important contrat conclu avec la Russie par le groupe de défense Rheinmetall, portant sur la fourniture d'un camp d'entraînement complet à l'armée russe. 

Vendredi 21 Mars 2014

Lu 359 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs