Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le fils aîné d’Ahmed Khalil décide d’attaquer Alger devant la CIJ


Le plaignant exige que la lumière soit faite sur l’enlèvement de son père par la DRS



Toujours  sans nouvelle de son père, enlevé en janvier 2009 à Alger par des agents du renseignement militaire algérien (DRS), le fils de Khalil Ahmed Braih, ancien conseiller à la prétendue présidence de la pseudo-RASD a décidé, depuis son pays d'adoption, l'Espagne, de saisir la Cour pénale internationale de La Haye.
"Je veux savoir si mon père est mort ou vivant", a déclaré à l'agence Europa Press Rachid Khalil Ahmed en rappelant que son père occupait le poste de "conseiller aux droits de l'Homme" auprès de l’ancien chef du mouvement séparatiste, Mohamed Abdelaziz, lorsqu’il a été kidnappé et conduit vers une destination inconnue en Algérie. La raison de cet enlèvement : "Une enquête qu'il devait mener sur la mort mystérieuse d'environ 160 personnes, y compris des femmes et des enfants, au cours des années 1980 et 1990", a-t-il indiqué. 
Las de s’adresser aux ONG internationales des droits de l'Homme, notamment Amnesty International, Human Rights Watch et Front Line, le fils du disparu a décidé de saisir la Cour pénale internationale de  La Haye, en vue d’élucider les circonstances de cette disparition.
 «C'est mon dernier recours», a-t-il annoncé à l'agence de presse espagnole.  "Je suis le seul dans ma famille à pouvoir le faire,  mes frères et ma mère vivent dans les camps de Tindouf, contrôlés par le Polisario", déplore-t-il.
Interrogé par Europa Press, un porte-parole de la délégation de la pseudo-RASD en Espagne a affirmé «ne pas être au courant» de l'affaire de Khalil Ahmed Braih. Un déni qui vient en rajouter à la détresse des frères, sœurs et enfants  du disparu qui ne demandent  que la vérité pour pouvoir faire le deuil de l'un des leurs.
 Le cas de Khalil Ahmed Braih  n’est pas  unique. En effet, il y a plusieurs autres cas de disparition forcée soumis à l'Audience nationale, plus haute juridiction en Espagne. La vérité tarde toutefois à voir le jour, car Alger et le Polisario refusent de coopérer, en raison de l'implication avérée dans ses crimes de responsables algériens et de séparatistes avec à leur tête l'actuel chef du Polisario et des officiers du DRS.
Rappelons que nous avions déjà publié auparavant un appel similaire lancé par les frères de Khalil Ahmed Braih, installés respectivement à Smara et Laâyoune.
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 17 Juillet 2017

Lu 1094 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs