Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le drame des routes s’amplifie

La hausse des accidents mortels en 2014 risque de refroidir l’enthousiasme de Najib Boulif




Le drame des routes s’amplifie
L’année 2014 s’annonce mortelle. Le taux de personnes tuées sur route a atteint une hausse de 24%  par rapport au mois précédent malgré une baisse de 12% des accidents de la circulation survenus dans les périmètres urbains et ruraux.  De mauvais chiffres qui ne vont certainement pas faire le bonheur de Najib Boulif, ministre délégué chargé du Transport, qui estime que la stratégie nationale de lutte contre les accidents de la circulation commence à porter ses fruits.
Selon des statistiques émanant des services de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN),  la période allant du 20 au 2 février dernier a enregistré 1.627 accidents de la circulation survenus dans le périmètre urbain faisant 38 personnes tuées et 2.169 blessées dont 112 grièvement. 
Ces accidents sont dus principalement, selon la DGSN, au défaut de maîtrise des véhicules, à l’inadvertance des piétons et des conducteurs, à l’excès de vitesse, au non-respect de la priorité, des feux de signalisation et du stop, outre la circulation sur la voie de gauche et en sens interdit, la conduite en état d’ivresse, le changement de direction et le dépassement non autorisé. 
Des accidents qui seraient donc imputables à l’élément humain. Mais qu’en est-il de l’état de nos routes ? Silence radio. Les communiqués relatifs aux accidents de la route n’évoquent pas l’état désastreux de nombreuses chaussées, la mauvaise conception de certaines routes,  le mauvais emplacement des panneaux et des barrières, les travaux routiers ou les signaux de circulation défectueux. Des facteurs qui sont souvent à l’origine des collisions de véhicules et des dommages corporels. 
La responsabilité des autorités compétentes n’est pas non plus soulignée. En effet, nombreux sont les véhicules inaptes à la circulation qui roulent encore sur nos routes sans être inquiétés par les contrôles. 
Qu’en est-il également de la responsabilité du gouvernement ? C’est le black-out total car le bilan est lourd.  Entre 2001 et 2012, près de 46.000 personnes ont été tuées dans des accidents, soit une moyenne de 3.900 morts par an, dont 66% ont rendu l’âme sur place, 16% à leur arrivée à l’hôpital et 18% une semaine après l’accident.Des chiffres qui en disent long sur l’échec des stratégies gouvernementales et leur incapacité  à faire  baisser les sinistres sous la barre fatidique des 4.000 morts par an.
En effet, les phases successives de la mise en œuvre du Plan stratégique intégré d’urgence (PSIU) depuis son entrée en vigueur en 2005 se sont soldées par des résultats décevants. Ainsi, lors de la mise en œuvre de la première phase de ce plan, le nombre de tués a atteint 3.754, puis 3.838 en 2007  avant de franchir la barre des 4.000 victimes en 2008. 
Même constat lors de la deuxième phase où le nombre de morts va dépasser les 4.000, soit une hausse de 6 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Une augmentation qui a touché également le nombre d’accidents (+18,5 %, soit plus de 70.000 accidents l’année dernière).    
 Aujourd’hui, la troisième phase du PSIU s’étalant sur les années 2013-2016 ne s’annonce pas rose. 
Les dernières statistiques officielles indiquent que le nombre d’accidents s’est élevé, durant la période allant de la fin du Ramadan dernier jusqu’à aujourd’hui, à 11.543, soit  une hausse de 4,03% dont 243 accidents mortels (+0.83%). Les taux de blessés graves et légers ont eux aussi respectivement augmenté de 13% et 5%  durant cette même période.  Des chiffres qui rappellent le bilan dramatique de 2012 qui a enregistré 61.863 accidents, provoquant le décès de 3.767 usagers de la route, 10.939 blessés graves et 82.238 blessés légers.
 

Hassan Bentaleb
Samedi 15 Février 2014

Lu 819 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs