Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le conflit syrien domine le sommet arabe à Koweït

L'opposition réclame des armes sophistiquées




Le conflit syrien domine le sommet arabe à Koweït
Le chef de l'opposition syrienne Ahmad Jarba a appelé mardi les dirigeants arabes à faire pression sur la communauté internationale, afin d'obtenir des armes sophistiquées capables de changer l'équilibre des forces sur le terrain.
Dans un discours devant le sommet arabe réuni à Koweït, il a réclamé que le siège de la Syrie à la Ligue arabe et les ambassades syriennes dans les pays arabes soient remis à l'opposition. "Le fait de garder le siège de la Syrie à la Ligue arabe vacant est un message au régime d'Assad, l'encourageant à continuer à tuer les Syriens", a-t-il dit.
Le prince héritier d'Arabie saoudite a accusé mardi la communauté internationale d'avoir "trahi" la rébellion syrienne, en manque d'armes dans sa guerre contre le régime du président Bachar al-Assad.
 "La résistance syrienne légitime a été trahie par la communauté internationale, qui en a fait une proie facile à des forces injustes", a déclaré le prince Salmane Ben Abdel Aziz à l'ouverture à Koweït du sommet annuel de la Ligue arabe.
Les dirigeants arabes réunis en sommet mardi à Koweït devaient tenter de mettre en sourdine leurs divergences pour appeler à relancer les efforts en vue d'un règlement négocié en Syrie et proclamer leur refus de reconnaître Israël comme un Etat juif.
 Le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie Lakhdar Brahimi fera le point pour sa part devant les dirigeants des 22 membres de la Ligue arabe sur les perspectives d'un règlement politique en Syrie après l'échec des négociations de paix à Genève.
 Il a affirmé lundi qu'une reprise des négociations entre le régime et l'opposition, dont la deuxième session s'était achevée le 15 février sur un constat d'échec, était "exclue pour le moment".  Le médiateur s'est réuni lundi soir avec M. Jarba, qui a déclaré à l'issue de l'entretien que le régime syrien avait "bloqué toutes les portes devant une solution politique" après avoir "annoncé que le criminel Bachar Al-Assad serait candidat à un troisième mandat illégal".
 Le Parlement syrien avait voté le 13 mars une loi qui exclut de facto une participation de l'opposition en exil au scrutin et ouvre la voie à une réélection d'Assad, dont le deuxième septennat expire le 17 juillet.
 Le conflit en Syrie, où une révolte pacifique s'est transformée en insurrection armée face à la répression menée par le régime, est entré dans sa quatrième année et a fait plus de 146.000 morts et quelque 9 millions de réfugiés et déplacés.
 Signe de l'impuissance des pays arabes, le sommet devrait se borner à appeler le Conseil de sécurité à "assumer ses responsabilités face au blocage des négociations entre l'opposition et le gouvernement syrien", selon le projet de résolutions obtenu par l'AFP.
 

AFP
Mercredi 26 Mars 2014

Lu 106 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs