Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le chômage surfe encore au-dessus de la barre du million de personnes


Hausse notable du taux de sous-emploi, selon le HCP



Les indicateurs trimestriels d’activité, d’emploi et de chômage viennent de tomber. En filigrane, le Maroc est loin d’avoir réalisé des prouesses. Au grand dam des demandeurs d’emploi, même si l’économie nationale a, bel et bien, créé un total de 38.000 postes de travail entre le deuxième trimestre de l’année 2014 et celui de 2015, il n’en demeure pas moins qu’elle en a perdu 34.000 rien qu’en milieu rural.
Et comme un malheur n’arrive jamais seul, le taux de sous-emploi se serait aussi accru de 0,4 point, passant de 10,4% à 10,8% au niveau national avec 9,2% à 9,7% dans les villes et 11,7% à 12% dans les campagnes.
Autre bémol, le secteur de l’"agriculture, forêt et pêche" aurait du plomb dans l’aile en enregistrant une perte de 58.000 ! Résultat des courses, il n’y a pas de quoi se réjouir, à la lecture des principaux indicateurs publiés par la dernière note du Haut-commissariat au plan au sujet de la situation du marché du travail au deuxième trimestre de l’année 2015. Et ce, même si l’on sait que le taux de chômage serait passé de 9,3% à 8,7% au niveau national avec 14,2% à 13,4% en milieu urbain et 3,6% à 3,3% en milieu rural. Preuve en est par le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 24 ans qui a, tout de même, enregistré une hausse de 1,3 point au niveau national, 2,2 points en milieu urbain et 0,2 point en milieu rural. En clair, le chômage demeure en particulier élevé parmi les diplômés et les jeunes âgés de 15 à 24 ans. C’est ainsi qu’au deuxième trimestre 2015, ce taux était de 3,6% parmi les personnes sans diplôme et de 13,8% parmi celles qui disposent d’un diplôme de niveau moyen. Il était aussi de 20,5% parmi les jeunes âgés de 15 à 24 et de 38,6% parmi les citadins d’entre eux, contre 8,7% pour l’ensemble des personnes âgées de 15 ans et plus.
S’agissant du profil des chômeurs au deuxième trimestre 2015 que présente la même source, il n’est pas du tout reluisant non plus avec plus de huit sur dix (82,5%) de citadins; près des deux tiers (63,2%) âgés de 15 à 29 ans; plus de trois sur dix (30,9%) détenteurs d’un diplôme de niveau supérieur; plus de la moitié (52%) primo-demandeurs d’emploi; plus des deux tiers (67,5%) en chômage depuis une année voire plus et près du quart (23,6%) en situation de chômage suite à un licenciement ou à un arrêt de l’activité de l’établissement employeur. 
Le HCP met en exergue, dans ce sillage, que la population active en chômage intègre également les personnes découragées par la recherche active d’emploi relevant qu’au deuxième trimestre 2015, leur effectif a atteint 52.000 personnes, ce qui correspond à 4,9% du volume global du chômage, contre 4,2% une année auparavant. Ils sont à 93,8% citadins et à 60,4% masculins, précise-t-on.  
Maintenant entre l’impression et la réalité, l’écart est donc on ne peut plus grand. En décodé, c’est une série de mauvaises nouvelles qui vient de relancer la crainte d’un scénario de crise plutôt qu’une sorte de conjecture positive. En effet, les choses continuent à se gâter en sachant que la population active âgée de 15 ans et plus qui totalise, entre les deuxièmes trimestres de 2014 et 2015, 11.970.000 personnes, a baissé de 0,3% au niveau national (-0,9% en milieu rural et +0,3% en milieu urbain). Pis encore, la population en âge d’activité continue de croître (+ 1,5%) faisant ainsi diminuer, de 0,9 point le taux d’activité, qui est lui passé, entre les deux périodes en question, de 48,9% à 48%. Et ce n’est pas tout. En matière d’emploi, la médaille a son revers également. En effet, si des milliers de postes d’emploi rémunérés ont été créés au cours de la période susmentionnée, l’emploi non rémunéré, composé d’environ 98% d’aides familiales, a, toutefois, enregistré une baisse de 87.000 postes, résultat principalement d’une perte de 94.000 en zones rurales.
De fil en aiguille, la publication fait ressortir que le taux d’emploi, entre les deux périodes, a reculé de 0,5 point au niveau national, passant de 44,4% à 43,9%, de 0,2 point en milieu urbain et de 0,8 point en milieu rural, passant respectivement de 36,8% à 36,6% et de 56,1% à 55,3% notant, par ailleurs, que le secteur de l’"agriculture, forêt et pêche" continue d’accuser des pertes d’emploi. 
En outre, en matière de sous-emploi, une bonne dose de synchronisation des secteurs d’activité économique fournis par le HCP, permet de se rendre compte que dans le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi, qui a augmenté entre les deux périodes de 1.137.000 à 1.182.000 personnes (de 507.000 à 539.000 personnes dans les villes et de 630.000 à 643.000 dans les campagnes), ce sont les personnes exerçant dans le BTP, avec un taux de sous-emploi de 15,5% au niveau national, qui sont les plus touchées par ce phénomène tant en milieu urbain qu’en milieu rural. 
De l’état des lieux aux perspectives d’avenir, il y a donc bien du chemin à faire ! Et la tâche qui attend Abdelilah Benkirane, Abdesslam Seddiki et compagnie ne sera pas une sinécure tant qu’ils n’auront pas fini leur mandat. Bien au contraire, ils sont appelés à retrousser leurs manches à défaut de verser dans une fausse propagande en scandant des slogans destinés plus à jeter de la poudre aux yeux qu’autre chose.
 

Meyssoune Belmaza
Jeudi 6 Août 2015

Lu 867 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs