Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le choix du Maroc pour la paix, la liberté et la démocratie

Anniversaire de la Conférence d'Anfa




Le choix du Maroc pour  la paix, la liberté et la démocratie
La Conférence d'Anfa organisée, le 14 janvier 1943 dans un hôtel de Casablanca, restera à jamais gravée dans la mémoire collective non seulement des Marocains, mais aussi de toute l'humanité. Tellement cet évènement historique a impacté le processus de déroulement de la Seconde Guerre mondiale, mis en place une stratégie de sortie de la guerre, établi un nouvel ordre mondial post-45 et révélé au monde entier les choix stratégiques du Maroc pour la paix, la liberté et la démocratie.
72 ans après, les Marocains et avec eux les peuples du monde gardent encore des pans de cette date emblématique lors de laquelle le président américain, Franklin Roosevelt, le Premier ministre britannique, Winston Churchill et les généraux français Henri Giraud et Charles de Gaulle se donnèrent rendez-vous à l'hôtel Anfa de la capitale économique du Royaume, alors sous le joug du colonialisme.
Le Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef désigna ainsi l'éminent juge et savant Sidi Mohammed Bendriss Alaoui, le Cadi Bendriss, à la tête du comité d'organisation de la Conférence d'Anfa.
Pour les Alliés (Etats-Unis, Grande-Bretagne et France), l'objectif était d'élaborer les différents scénarii pour une issue victorieuse de la guerre et de se préparer à un nouvel ordre qui régira les nouveaux rapports de force et les relations internationales. Autant d'événements majeurs ayant représenté autant de tournants déterminants dans l'histoire contemporaine de l'humanité. Les décisions prises lors de cette Conférence (14-24 janvier 1943) seront communiquées par le président Roosevelt lui-même, le 12 février 1943, à l'occasion d'un discours radiodiffusé.
La Conférence d'Anfa initiera ainsi le processus de paix et de résolution de ce conflit international meurtrier. Un évènement majeur qui a été mis à profit par les nationalistes marocains et à leur tête le Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef et le Cadi Bendriss, qui, dès le début de la Seconde Guerre mondiale, le 03 septembre 1939, s'étaient rangés du côté des alliés contre le nazisme et le fascisme.
C'est donc à la Conférence d'Anfa que le Maroc exploita ce capital sympathie pour obtenir le soutien, notamment des Etats-Unis, dans sa décision de négocier avec les forces occidentales la libération et l'indépendance du Royaume. L'idéologie américaine, rappelle-t-on, est totalement opposée à toute idée de colonialisme, du fait que les Etats-Unis ont pris naissance dans la libération et dans la fin du joug du colonialisme anglais.
Force est de souligner que l'argumentaire développé par le Cadi Bendriss et son Comité d'organisation de la Conférence fut inspiré de la Charte de l'Atlantique (1941) où Roosevelt avait énoncé les grands principes universels qu'il souhaite défendre avec à leur tête la liberté d'un peuple à disposer de lui-même (articles 2 et 3 de la Charte).
Le Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef avait alors discuté de ces points avec le président Roosevelt qui avait exprimé son soutien aux revendications nationalistes marocaines et qui apporta son aide à la lutte du Maroc contre le colonialisme. Le Sultan examina également le développement de la coopération et des relations entre les Etats-Unis et le Maroc, premier Etat à avoir reconnu l'indépendance du pays de l'Oncle Sam. Ce fut l'œuvre du Sultan Sidi Mohammed Benabdellah, arrière-grand père commun du regretté Souverain Mohammed V et du Cadi Bendriss.
Acteurs politiques et chercheurs qui ont abordé cet évènement historique s'accordent ainsi sur l'importance de cette conférence et sur son impact politique sur l'avenir du Maroc, ainsi que sur ses relations avec les Etats-Unis. Pour Carl Brown, cette conférence était le premier élément d'une série d'incidents dont la carte américaine a été jouée dans le processus de décolonisation de l'Afrique du Nord.
La Conférence d'Anfa aura donc montré de façon on ne peut plus claire au monde entier que le Maroc a toujours été du côté de la paix, de la démocratie et de la liberté, que les Marocains peuvent toujours s'enorgueillir des décisions et des prises de positions internationales de leur pays et que le Royaume demeurera toujours grand aux yeux de la communauté internationale.

MAP
Mercredi 14 Janvier 2015

Lu 1313 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs