Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le chef de l'ONU en Irak pour examiner l'aide humanitaire

Au moins 17 morts dans un attentat- suicide dans le sud de Bagdad




Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres est arrivé jeudi en Irak pour examiner l'aide humanitaire, en qualifiant de "priorité absolue" la protection des civils piégés par les combats contre le groupe Etat islamique (EI) à Mossoul.
"Je viens juste d'arriver en Irak pour faire le point sur la situation humanitaire sur le terrain. La protection des civils doit être une priorité absolue", a-t-il annoncé sur son compte Twitter.
M. Guterres, qui arrivait de Jordanie où il a assisté au sommet annuel de la Ligue arabe, s’est entretenu avec de hauts responsables irakiens, dont le Premier ministre Haider al-Abadi. Il  devait s'envoler ensuite à Erbil, capitale de la région automne du Kurdistan irakien dans le nord.
L'armée irakienne appuyée par la coalition internationale menée par Washington a lancé depuis octobre une grande offensive pour reprendre à l'EI Mossoul, la deuxième ville du pays aux mains des jihadistes depuis juin 2014.
La partie orientale de Mossoul, coupée par le fleuve Tigre, avait été reprise en janvier après trois mois de combats.
Ces forces gouvernementales tentent depuis la mi-février de reconquérir la partie occidentale de la ville, ce qui leur permettra de contrôler totalement ce dernier grand bastion de l'EI en Irak.
Selon l'ONU, environ 600.000 personnes se trouvent piégées dans la partie ouest de Mossoul, dont 400.000 dans la vieille ville, un dédale de rues densément peuplées.
D'après des chiffres officiels irakiens, plus de 200.000 civils ont fui les combats à Mossoul-Ouest depuis le lancement de l'offensive pour reprendre la partie occidentale de la ville.
Par ailleurs, dix-sept personnes sont mortes et 60 autres ont été blessées dans l'explosion d'un camion piégé mercredi au sud de Bagdad, selon un bilan encore provisoire, a-t-on appris de sources policières.
Le conducteur a déclenché ses explosifs alors que son camion se trouvait au milieu d'autres véhicules qui attendaient d'être inspectés par les forces de sécurité à un point de contrôle.
L'attaque n'a pas été revendiquée mais les soupçons se portent sur l'organisation Etat islamique qui a intensifié sa campagne d'attentat depuis qu'elle a commencé à multiplier les revers militaires.

Vendredi 31 Mars 2017

Lu 401 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs