Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le cessez-le-feu dévoile l’ampleur du carnage israélien à Gaza


Place à la diplomatie pour une paix plus durable et un règlement global du conflit



Le cessez-le-feu dévoile l’ampleur du carnage israélien à Gaza
 
Les armes restaient muettes mercredi à Gaza, à l'aube du deuxième jour d'un cessez-le-feu qu'Israéliens et Palestiniens devaient essayer de consolider lors de discussions au Caire. La trêve, obtenue avec les médiations égyptienne et américaine, est entrée en vigueur mardi matin, a priori pour 72 heures. 
Des discussions doivent à présent s'ouvrir pour une paix plus durable entre des belligérants aux exigences diamétralement opposées. En soirée, le territoire dévasté semblait n'avoir encore jamais connu autant de calme depuis le début le 8 juillet de cette guerre qui a fait, selon le ministère palestinien de la Santé 1.875 morts, dont 430 enfants et adolescents et 243 femmes. 
A la faveur de l'accalmie, les secours ont pu accéder à des zones bloquées par les combats, où ils commençaient à découvrir de nouveaux corps, alourdissant un bilan humain déjà exorbitant. En voitures ou en charrettes tirées par des ânes, des milliers de Palestiniens sont retournés chez eux, pour voir si leur maison était toujours debout. Après celui des bombes, ils ont accusé le choc de la dévastation. 
La guerre a causé entre 4 et 6 milliards de dollars de dégâts directs, mais l'addition pourrait être bien plus salée, selon le vice-ministre palestinien de l'Economie Tayssir Amro. Après les frappes aériennes déclenchées le 8 juillet, les forces terrestres israéliennes étaient entrées le 17 juillet dans le territoire surpeuplé dans le cadre de leur opération meurtrière à Gaza. 
Cette hécatombe a suscité l'émoi international et des appels de plus en plus pressants à un cessez-le-feu provisoire permettant de négocier une trêve plus durable. Israël et le Hamas ont fini par accepter lundi soir la proposition de trêve du Caire, habituel médiateur des conflits entre ses deux voisins. 
La délégation israélienne est arrivée au Caire, tandis que les représentants du Hamas, du Jihad islamique et du Fatah dans la Bande de Gaza rejoignaient la délégation palestinienne déjà présente dans la capitale égyptienne. Mais la plus grande défiance reste de mise de part et d'autre. Le cabinet de sécurité israélien s'est réuni mardi soir pendant près de six heures, pour évoquer les négociations en cours en vue d'une trêve durable. 
Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, saluant la trêve, a pressé les belligérants de la respecter. Le Hamas réclame pour cela la levée du blocus israélien qui étouffe l'économie de la Bande de Gaza où s'entassent 1,8 million de personnes, pour moitié des mineurs. La délégation palestinienne s'était entendue dimanche au Caire sur une série d'autres exigences: ouverture des points de passage aux frontières, élargissement de la zone de pêche autorisée à 12 miles nautiques et libération de prisonniers palestiniens. 
Israël martèle pour sa part son impératif de sécurité. 
 
 

AFP
Jeudi 7 Août 2014

Lu 253 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs