Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le bras de fer perdure à Fès entre City-bus et ses employés




Le bras de fer perdure à Fès entre City-bus et ses employés
Bientôt neuf mois, le service du transport urbain à Fès aura vécu une nouvelle expérience, à savoir celle de la gestion déléguée. Rien ne semble marcher, cependant. Lundi en fin d’après-midi, plus de deux cents employés de la société City-bus - Fès ont battu le pavé du boulevard Hassan II, appelant cette société délégataire du transport urbain à partir. «City-bus, dégage !», scandaient les employés qui brandissaient des banderoles, demandant le respect du Code de travail et l’arrêt de ce qu’ils qualifient de « licenciement abusif ».
Les slogans exprimaient aussi la grogne des employés contre Hamid Chabat, président du Conseil de la ville, l’accusant de les avoir mis dans ce sale pétrin, depuis  la concession accordée à cette société qui ne respecte ni ses engagements ni l’action syndicale, les expulsés étant presque tous des syndicalistes ! « Si City-bus respecte ses engagements, pourquoi n’a-t-elle pas réglé ses arriérés remontant au temps de l’ancienne Régie autonome que nous regrettons beaucoup aujourd’hui ? », s’interroge Mohamed, un jeune
syndicaliste, voix cassée et mégaphone à la main.
Par voie de communiqué, City-bus avait accusé depuis le début de ce bras de fer une «poignée d’employés expulsés en raison de fautes graves d’être derrière le blocage des portes du parking de la société», mais aussi de la «séquestration par la force de l’ensemble du personnel». Comment ose-t-elle nous accuser d’être une poignée, alors que ceux et celles qui manifestent aujourd’hui devant vous dépasse les deux cents ? » s’indigne Mohamed.
Certains observateurs de la chose publique locale estiment que cette situation détériorée est due aux «  calculs et intérêts politico-syndicaux occultes ». S’étalant sur une période de 15 ans renouvelables, le contrat de concession engage la société à investir quelque 410 millions de DH au bout de 5 ans, avec l’objectif de « redresser le secteur, d’améliorer l’image du bus et d’offrir un service de qualité ». La situation n’a pas pour autant changé, selon les détracteurs, qui ont déserté le syndicat dont Hamid Chabat est lui-même secrétaire général, pour rejoindre une autre structure syndicale.

Mustapha Elouizi
Jeudi 30 Mai 2013

Lu 1116 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs