Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Réseau marocain de défense des biens publics tire à boulets rouges sur Benkirane

Corruption et dilapidation des deniers publics se sont aggravées sous l’actuel Exécutif




Le Réseau marocain de défense des biens publics tire à boulets rouges sur Benkirane
Dans une déclaration à Libé, Mohamed Meskaoui, président  du Réseau marocain de défense des biens publics, affirme que la corruption et la dilapidation des biens publics se sont aggravées lors du mandat du gouvernement Benkirane, qualifiant la situation actuelle de très préoccupante. «Tous les rapports, aussi bien nationaux qu’internationaux, témoignent de ce constat alarmant. Le Maroc n’a pas encore fait de progrès à ce niveau comme l’a laissé croire le chef du gouvernement, il y a quelques jours. Ce constat alarmant, les Marocains ne l’ignorent d’ailleurs pas. Au Réseau marocain de défense des biens publics, nous estimons que le chef du gouvernement est responsable de cette situation très inquiétante et doit donc assumer ses responsabilités pour lutter contre ce problème qui gangrène la société marocaine», insiste Mohamed Meskaoui qui n’a pas manqué de réclamer une gestion rationnelle des ressources de l’Etat. «A ce jour, le gouvernement Benkirane n’a pas encore initié une stratégie ou un plan clair et efficace à même de lutter contre la prévarication», a-t-il dit, ajoutant qu’«il n’y a actuellement aucune loi qui protège les personnes révélant des affaires de corruption». Notre interlocuteur, qui s’interroge sur les motifs de l’exclusion de plusieurs affaires de corruption, poursuit, catégorique :«Plusieurs dossiers ont été adressés à la justice, mais, à ce jour, ils n’ont pas encore été traités. Nous-mêmes, au Réseau, nous avons interpellé le gouvernement sur ces dossiers ainsi que sur d’autres nouvelles affaires, lesquelles mettent en cause la mauvaise gestion de certains responsables dans plusieurs villes. Mais rien n’a été fait à ce sujet».
En 2007, rappelle-t-il, l’Etat marocain a procédé à la signature de la convention internationale relative à la lutte contre la prévarication. «Cette convention stipule la mise en place des mécanismes nécessaires pour mettre à exécution ladite convention. Mais force est de constater que la réalité est tout autre. Aucune mesure n’est encore prise par le gouvernement Benkirane dans ce domaine», insiste Mohamed Meskaoui. Pourtant, lance ce dernier, «ce gouvernement est venu après les manifestations du Mouvement du 20 février, lesquelles avaient appelé à lutter contre la corruption et la prévarication. Malheureusement,  l’Exécutif actuel n’a pas été fidèle aux réclamations de la rue qui ne sont  autres que les doléances du peuple marocain».
Pour le président du Réseau marocain de défense des biens publics, «si la prévarication s‘est renforcée encore plus sous le mandat du gouvernement actuel, c’est à cause de l’absence d’une volonté réelle et des mesures répressives». 
Il ajoutera, non sans colère : «Le gouvernement Benkirane continue d’adopter la politique d’impunité, de sorte qu’il y a toujours la corruption et la dilapidation des deniers publics dans bon nombre d’établissements publics marocains». 
Lors de la journée d’étude organisée par l’Association des inspecteurs de l’IGF (Inspection générale des finances), mercredi 14 mai à Rabat, Abdelillah Benkirane avait loué les efforts déployés par le gouvernement en matière de lutte contre la corruption. Au cours de cette journée d’étude, organisée pour traiter de «La gestion publique et le défi de lutter contre la corruption», le chef de l’Exécutif avait également souligné que «sur 5000 dossiers de corruption, seuls 28 arrivent à la justice, c’est-à-dire que 99,44% des rapports établis sur des affaires de corruption sont écartés avant d’arriver à la justice». Il avait aussi mis l’accent sur “l’importance du contrôle préalable des engagements des dépenses publiques“ ainsi que sur les “actions préventives destinées à préserver les deniers publics“. 

Naîma Cherii
Samedi 17 Mai 2014

Lu 1454 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs