Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario ressort sa sempiternelle rengaine sur la reprise de la guerre


Les séparatistes fourbissent les armes de leur guerre médiatique contre le Maroc



Dans un entretien accordé vendredi dernier à un journal en ligne espagnol, le prétendu premier ministre du Polisario, Abdelkader Ould Taleb Omar, a indiqué que le dossier du Sahara connaît des changements qui mettent le Polisario dans l’obligation de réviser sa stratégie. 
Exprimant ses craintes de voir la tournée africaine de S.M le Roi impacter les bastions africains du Polisario, Taleb Omar a prétendu que, par l’expulsion de la MINURSO et sa demande de réintégrer l’Union africaine, après 32 années d’absence,  le Maroc aurait fait montre de faiblesse.
Au cours de son entretien, le pseudo-ministre a souligné que le Polisario n’a plus aucune marge de manœuvre et que la voie ouverte en 1991 pour une solution politique du conflit se trouve obstruée, expliquant qu’à l’état actuel des choses, il n’y a que deux choix inévitables. Le premier consiste en la poursuite de la recherche d’une solution pacifique, et le second, c’est la guerre qui le définira. C’est pour l’une de ces deux alternatives que le Polisario doit opter.
Concluant son entretien par de violentes diatribes contre le Royaume, Taleb Omar a demandé à l’ONU d’assumer ses responsabilités, de tenir compte de ces nouvelles donnes et de prendre des mesures avant qu’il ne soit trop tard, tout en prophétisant que le Maroc franchira les lignes rouges ; ce qui libérera le Polisario de ses engagements et le poussera à répondre à ce qu’il a qualifié de provocations. Pour ce faire, il a précisé que sa soi-disant  « armée » est prête et peut passer à l’acte, à tout moment.
Par ailleurs, et alors que les habitants des camps de Tindouf sont exposés aux menaces de pluies et tornades fréquentes en cette période de l’année et qui avaient causé de nombreux dégâts l’année dernière, les miliciens du Polisario se targuent de camper sur la côte atlantique au large de Guerguerat.
En effet, certains médias ont publié, dernièrement, des photos de jeunes gens en tenue militaire et brandissant des kalachnikovs  les désignant comme appartenant aux brigades ‘’Sissi’’, créées dans les camps de Tindouf, sous prétexte de lutter contre le terrorisme  par l’adjudant algérien, Ould Bouhali alors qu’il était à la tête du prétendu ministère de la Défense du mouvement séparatiste.
Ces photos publiées, initialement par le réseau ‘’Maiziratt’’ relevant des séparatistes de l’intérieur  avaient pour premier  objectif de faire parvenir des messages  aux habitants des provinces du Sud après l’échec de ces séparatistes à convaincre les habitants de nos provinces sahariennes  de boycotter les élections  législatives du 7 octobre. Le second objectif visé par cette démonstration de la part de miliciens du Polisario était de montrer à Hervé  Ladsous qui a effectué une visite de 30 minutes dans cette zone, la détermination du Polisario à imposer une solution au dossier du Sahara. Le troisième et le plus important de ces objectifs visait à faire oublier aux populations leurs récentes  revendications concernant l’octroi  de cartes de réfugiés en leur disant: ’’Nous sommes sur le point d’enclencher une confrontation armée. Ce n’est pas le moment de parler d’autre chose’’.
C’est l’analyse faite par des sources bien informées qui ont confirmé l’authenticité des photos, précisant qu’un seul et unique véhicule relevant desdites brigades était venu des camps de Tindouf, depuis un bon bout de temps déjà et était cantonné dans la zone de Kandahar, près de Guerguerat à quelque 70 km de la bourgade de Lagouira  investie  par lesdites brigades, selon les prétentions des médias séparatistes.
Et notre source d’ajouter que malgré toutes ces mises en scène du Polisario, la situation à Guerguerat restera telle qu’elle est, du fait de la sensibilité de la zone et de l’incapacité des parties à franchir le pas en déclenchant des hostilités dont on ne peut mesurer les conséquences et qui embraseraient toute la sous-région. De cet état de fait, le nouveau chef du Polisario, ex-militaire, en est conscient  et compte là-dessus pour consolider sa popularité dans les camps dont les habitants ont pris conscience que la direction du Polisario tient, coûte que coûte, à maintenir la situation telle qu’elle est et continue  de s’enrichir sur leur malheur. 


Ahmadou El-Katab
Mercredi 2 Novembre 2016

Lu 1857 fois


1.Posté par Karim le 02/11/2016 13:27 (depuis mobile)
Pour finir avec les mercenaires, il faut faire de l''année 2017, la fin de la dictature militaire en algérie. Tous les ingrédients sont réunis pour faire sortir ce peuple de ce bourbier des caporaux de la France et définitivement.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs