Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Plan Maroc Vert creuse les sillons de l’inégalité

La rapporteuse spéciale des Nations unies sur le droit à l'alimentation pointe du doigt les disparités et le déficit en infrastructures




L’inégalité territoriale et sociale caractérisant le monde rural demeure patente. Les promesses tenues par les hérauts du Plan Maroc Vert ne sont que chimères. C’est ainsi qu’on peut résumer la synthèse présentée par Hilal Elver, rapporteuse spéciale des Nations unies sur le droit à l'alimentation, à propos de la visite au Maroc qu’elle a effectuée du 5 au 12 octobre courant.
D’après cette experte onusienne, la dynamique amorcée par les réformes économiques et sociales n’a pas touché toutes les régions, notamment celles  éloignées, et les groupes vulnérables.  A ce propos, elle a noté qu’il y a des disparités structurelles dans la mise en œuvre des projets et des lacunes au niveau des infrastructures nécessaires sans parler de la faiblesse des ressources financières allouées.
Même constat au niveau de la gestion et de la mise en œuvre de ces projets. Hilal Elver a remarqué qu’il y a manque de coordination entre les organismes concernés et une absence de  stratégie nationale sur le droit à une alimentation adéquate basée sur des repères et assortie de délais et de plans de mise en œuvre efficaces pour chaque région ainsi que de mesures budgétaires et fiscales nécessaires pour assurer la mise en œuvre.
Même si elle a noté l’existence de progrès réalisés par le Plan Maroc Vert notamment en ce qui concerne le renforcement du secteur agricole en favorisant son intégration dans les marchés internationaux et en l’aidant à atteindre la croissance, il n’en demeure pas moins que ce projet pèche par son manque de coordination et l’absence de consultations préalables et efficaces des populations locales concernées. A cet effet, elle a souligné que ce plan ne bénéficie pas à tous ceux qui sont particulièrement ciblés par le Pilier II, y compris les petits agriculteurs et les agricultures familiales. Les processus de suivi et d'évaluation existants devraient également être renforcés, selon elle, pour assurer la transparence, la non-discrimination et la participation de toutes les parties concernées.
Le déficit en infrastructures a été également pointé du doigt. L’experte onusienne estime qu’il devrait être amélioré dans les régions éloignées pour assurer un accès facile aux marchés et à attirer des investissements dans les zones rurales.
En d’autres termes, le PMV n’a fait que creuser davantage l’écart entre les territoires et entre les «grands agriculteurs» et les « petits paysans». Fondé sur deux piliers : l’un pour l’agriculture moderne, à savoir celle pratiquée par les grands exploitants, et l’autre pour « l’agriculture solidaire », en l’occurrence celle des petits exploitants, ce dualisme a engendré, dès le début,  l’inégalité en accordant davantage d’intérêt aux agriculteurs du Pilier I, autrement dit au secteur dit moderne qui a bénéficié d’une enveloppe de 75 Mds de DH, au moment où les agriculteurs du Pilier II, c'est-à-dire les petits exploitants, n’ont eu qu’une enveloppe de 20 Mds de DH. Un état des lieux déjà révélé par   les chercheurs Zakaria Kadiri et  Fatima Zahra El Farah dans leur article intitulé : « Le rural et l’agriculture au Maroc. Entre inégalités territoriales et sociales» où ils se sont interrogés  sur l’appellation de Pilier II de l’«agriculture solidaire» à travers lequel il n’est pas en soi une reconnaissance des inégalités existantes dans le monde agricole.  Et ce faisant, cette politique ne renforce-t-elle pas l’inégalité territoriale et sociale puisque l’agriculture solidaire se situe au niveau des zones écologiquement fragiles et géographiquement marginalisées en accès et en infrastructures de base, à savoir la montagne, les oasis, le bour ?…. N’est-il pas question de rendre plus explicite et prioritaire ce qui est  entendu par « solidaire » ? Et où se trouve la limite entre ce qui est « solidaire » et ce qui est « performant » ?

Hassan Bentaleb
Samedi 17 Octobre 2015

Lu 2135 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs