Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le PJD souffle le chaud et le froid : L’enseignement supérieur gratuit, pas gratuit




Le PJD souffle le chaud et le froid : L’enseignement supérieur  gratuit, pas gratuit
Daoudi ne veut apparemment plus entendre parler de gratuité dans l’enseignement supérieur. Khalfi, tout aussi PJD que lui, dément.
Gratuit comme cela a toujours été le cas? Ou payant comme le voudrait Lachen Daoudi? Le ministre de l’Enseignement supérieur en a brandi la menace de la manière la plus claire qui soit. Décision qui lui taraude l’esprit ou une sorte de ballon d’essai en attendant des jours «meilleurs». C’était mal connaître les Marocains qui se sentent ainsi touchés dans l’un des derniers acquis qui leur reste.
«Il faut en finir avec l’absurdité du tout-gratuit à l’université», déclarait-il, il y a quelques jours à un quotidien national francophone. Au moment où le gouvernement et en particulier le PJD a refusé catégoriquement de taxer les grandes fortunes, il veut appauvrir davantage les couches sociales démunies et  la classe moyenne alors que les instances économiques et financières internationales ont recommandé au Maroc d’en consolider le niveau de vie. Quant aux classes aisées, elles  optent depuis l’école primaire et jusqu’aux études universitaires pour l’enseignement privé. Et par conséquent, elles ne seront pas visées par le fameux plan du ministre Daoudi qui, à l’époque où le parti de la lampe était dans l’opposition, «défendait» farouchement sous la Coupole le pouvoir d’achat de la classe moyenne et des couches pauvres de la société. Et voilà que, du jour au lendemain, «ces principes» sont devenus une absurdité. Devant l’ire et le désespoir des citoyens qui sont toujours sous le coup assené par le chef du gouvernement avec la hausse des carburants, Lahcen Daoudi fait une autre sortie sur une radio casablancaise pour expliquer que son plan d’abolition de la gratuité visait uniquement quelques Facultés comme celle de médecine, oubliant que la plupart des étudiants de celle-ci viennent de classes moyennes et pauvres. Et que sa décision (si elle est mise en application) va dans le sens de l’appauvrissement de ces couches sociales dont, campagne oblige, le PJD s’érige en défenseur. Ce qui est complètement faux, au vu des décisions prises depuis qu’il exerce le pouvoir. Mais les Marocains ne sont pas dupes. Et comme d’habitude, le PJD continue à souffler le chaud et le froid et à exceller dans le discours populiste. 
Ainsi, on a eu droit à une autre sortie de son porte-parole qui nie en bloc les propos de son collègue avancés il y a quelques jours auparavant. Des contradictions que le citoyen n’a de cesse de relever depuis que le parti de la lampe est au gouvernement. Mardi dernier, le ministre de la Santé énumérait devant la Chambre des conseillers des dysfonctionnements et un manque médecin dans ce secteur, tandis que Lahcen Daoudi voudrait diminuer encore plus le nombre de diplômés de la Faculté de médecine en imposant son système payant et donc sélectif, si l’on admet ses propos sur les ondes de la radio jeudi matin. Une autre aberration qui montre que  gérer la chose publique et exercer le pouvoir ne sont pas une affaire de paroles mais plutôt d’actions concrètes visant l’amélioration de la vie du citoyen.
 


KAMAL MOUNTASSIR
Samedi 28 Juillet 2012

Lu 1320 fois


1.Posté par jawad le 29/07/2012 22:43
Si effectivement le PJD refuse de taxer les riches et si Daoudi voulait rendre l'enseignement universitaire payant mêmer si il ne s'agit que de quelques facultés alors c'est une bien triste nouvelle. Les universités et lycées privés devraient être taxés pour deux bonnes raisons. Les meilleurs professeures enseignent dans ces établissement privant la majorité des étudiants marocains d'avoir accés à un enseignement de qualité. D'autres parts, ces mêmes établissement privés sont richement dotés étant donné que les étudiants qui y pousuivent leur cursus sont issus de familles aisées et une augmentation des droits d'entrées ne devraient pas leur poser problème. L'accés au savoir doit toujours demeurer gratuit afin de donner la chance à de vrais élèves méritants d'améliorer leur conditions sociales et ne pas vivre comme leur parents une vie de précarité.

2.Posté par on a marre le 08/08/2012 17:32
ces gens là attisent un feu dont ils sont bien conscient. la classe moyenne n'arrive pas a joindre les deux bouts .que ce gouvernement de debiles aille consulter les societes de credit, les fonctionnaires sont pauvres, seuls les corrompus ont du fric.on a marre

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs