Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le PJD en flagrant délit de tentative de soudoiement des électeurs

La sœur de Choubani propose des chèques contre des promesses de vote




Un Choubani en cache un autre. La sœur du président PJD de la région Draâ-Tafilalet a été prise en flagrant délit de soudoiement des électeurs à Errachidia.
Avant même que la campagne électorale ne commence officiellement, il y en a qui ne chôme pas, à l’instar de la dénommée Fatiha Choubani, connue pour être présidente de l’Association « Oum El Banine » et aussi la sœur de celui qui se trouve être président de la région Draâ -Tafilalet après avoir été ministre du gouvernement de son chef et mentor Benkirane. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Lahbib Choubani donne bien l’impression de tout faire pour ne pas passer inaperçu. Il a défrayé la chronique et ne cesse de le faire à plus d’un niveau.
Cette fois, c’est sa sœur qui se trouve être, comme par fatalité, du même bord, qui s’est chargée de la sale besogne. Elle vient d’être prise la main dans le sac en train de distribuer des chèques de garantie à des marchands – revendeurs de voix afin d’assurer la victoire aux candidats du PJD dans la région.
Trop grave et lamentablement ridicule, puisqu’un aussi vil agissement émane de ces faux dévots qui prétendent faire dans l’honnêteté et la chasteté et qui ont fait de la lutte contre la prévarication l’essence de leurs campagnes électorales et leurs discours moralisateurs. Un slogan qui, au fil des semaines et des mois, s’est avéré creux, trompeur et sans lendemain, comme ce fut le cas du discours du secrétaire général du parti de la Lampe qui a appelé un certain samedi de mai dernier à Rabat, lors du congrès extraordinaire de son parti, à des élections législatives honnêtes qui reflètent la vérité des urnes.
La manœuvre de la sœur de Choubani pose un autre problème, celui du contrôle juridictionnel du scrutin relatif à la Chambre des représentants et interpelle la vigilance du gouvernement sur les préparatifs des élections et le démarrage de la campagne électorale. Mustapha Ramid, ministre de la Justice et des Libertés, va-t-il jusqu’à diligenter une enquête à propos de ce nouveau scandale ? A moins qu’il préfère brandir sa sempiternelle menace de démission.  

M.B.A.
Samedi 24 Septembre 2016

Lu 1113 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs