Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc et le HCR prêtent secours aux réfugiés syriens abandonnés par l’Algérie




Est-ce le début de la fin de la crise des réfugiés syriens bloqués depuis le 18 avril courant à la frontière maroco-algérienne ? Oui, si l’on prend compte le fait que le Royaume a accepté d’examiner les dossiers de demandes d’asile de quelques-uns d’entre eux.  « Nous avons réussi à avoir un accord avec le gouvernement marocain visant à admettre un groupe de ces Syriens afin qu’ils y bénéficient du droit d’asile. La priorité sera donnée à ceux dont les familles sont installées au Maroc », nous a indiqué Malgorzata Bratkrajc, chargée des relations extérieures au HCR Maroc. Et de préciser que «cette décision a été prise jeudi et que sa mise en œuvre n’a pas encore été fixée ».
Mais qu’en est-il du sort du reste des Syriens qui se trouvent dans la même situation, à savoir les 40 personnes dont huit femmes et 16 enfants qui ont été refoulées par les autorités d’Alger vers la ville de Figuig et abandonnées à leur sort ? « Nous sommes en train de suivre avec intérêt les derniers développements de la situation dans l’attente  de lui trouver une solution. Nous avons réitéré notre demande aux autorités marocaines afin de leur acheminer l’aide humanitaire nécessaire».
De son côté, Abdelkrim Benatiq, ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, a indiqué lors d’une conférence de presse organisée jeudi à Rabat que les Syriens bloqués se trouvent actuellement sur le territoire algérien et que leur sort dépend de l’Etat algérien et des instances onusiennes dont le HCR algérien. A ce propos, il a appelé les autorités algériennes à assumer leurs responsabilités politique et morale envers ces demandeurs d’asile syriens tout en précisant qu’il ne faut pas exploiter leur situation pour créer un problème tout au long des frontières entre les deux pays. Mieux, l’intervenant a souligné que ce dossier est sensible et exige un travail en commun entre les deux pays loin de toute logique de confrontation.
EuroMed Droits, réseau de 80 ONG et institutions travaillant sur les droits humains dans plus de 30 pays de la région euro-méditerranéenne, a estimé, pour sa part, dans un communiqué publié dernièrement, que la fermeture de la frontière entre les deux pays et sa militarisation entraînent des violations des droits humains, notamment le droit pour les personnes réfugiées d’obtenir protection.
Concernant la crise actuelle, le réseau estime que toutes les personnes bloquées relèvent du droit d’asile et peuvent, à ce titre, voir leur situation examinée dans le cadre de la nouvelle politique migratoire mise en place par les autorités marocaines.
Dans ce sens, il a appelé  les autorités marocaines et algériennes à assurer de toute urgence la protection des personnes réfugiées dans le plein respect du droit international et à permettre à toutes les personnes maintenues à la frontière l’accès à des soins de santé appropriés, à une solution d’accueil pérenne et à un examen rapide  de leur situation personnelle en vertu du droit d’asile.
EuroMed Droits rappelle que le droit international impose à tous les Etats le respect inconditionnel du droit à la vie, à la dignité humaine, à la protection contre des traitements inhumains et dégradants, ainsi qu’au respect de l’intérêt des enfants.

Hassan Bentaleb
Samedi 29 Avril 2017

Lu 2025 fois


1.Posté par Zzin le 29/04/2017 18:00
Contrairement aux otages de tindouf que l'Algérie appellent des réfugiés par force pétrogaz, ils ont été enlevés par force par l'armée algérienne et les mortazeka de Kaddafi;
et dont le bilan des aides internationales entrées en Algérie pour les camps pouvaient rendre tindouf paradis sur terre ; malheureusement ils ont été détournées et les camps ont restés dans la situation précaire. POUR RESPECTER LE PRINCIPE=
Algérie est un pays riche avec une population pauvre el le polisario se compose des otages en situation alarment avec des aides expos
En 1976; l'Alhérie a abaondonnées des milliers de familles marocaines , oeut être plus proche des terres marocaines qu'aujourdhuit mais dans une situation plus alarmente , famille divisée , sans habit ni npuriture =le jour d'Aid Al Adha
ces gestes sont lesdits principes humanitaires des reponsables algériens qui sont fixes dans le temps et l'espace
ugiiés

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs