Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Maroc dépose plainte à Paris

Ceux qui ont mis en cause le patron de la DGST attaqués en justice




Le Maroc dépose plainte à Paris
Le Maroc, qui avait vivement répliqué diplomatiquement le mois dernier à des dépôts de plaintes à Paris pour «torture» et «complicité de torture» contre le directeur général de la surveillance du territoire, Abdellatif Hammouchi, a annoncé avoir engagé mardi des poursuites judiciaires en France contre leurs auteurs.
Le ministre de l'Intérieur, Mohammed Hassad, «agissant au nom de l'Etat  marocain», a chargé quatre avocats, à savoir Mes Ralph Boussier, Yves Repiquet, Abdelkebir Tabih et Omar Taïeb, «d’engager des poursuites judiciaires à l'encontre des auteurs de plaintes mettant en cause de hauts responsables marocains, pour des allégations de torture qu'ils savaient inexactes », a indiqué ce ministère dans un communiqué.
Si la nature précise de l'action en justice n'est pas mentionnée, le texte souligne qu'elle a été déposée auprès «du procureur de la République du Tribunal de grande instance de Paris».
M. Hassad y dénonce une « manipulation grossière tentée par des individus ayant fait l’objet de condamnations, liées notamment à des faits avérés d’escroquerie et de trafic international de stupéfiants, et prononcées par les juridictions marocaines compétentes», ainsi que «l’instrumentalisation de la procédure judiciaire française par les auteurs de dénonciations calomnieuses de torture».
Elle «dévoile les motivations réelles de cette manipulation, à savoir la déstabilisation des  organes de sécurité relevant du ministère de l'Intérieur, notamment la DGST», une institution agissant «dans le strict respect de l'Etat de droit», avance  encore le communiqué.
Plusieurs plaintes ont été déposées le mois dernier à Paris - par une ONG en particulier- contre le patron de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), pour «torture» et «complicité de  torture».
Ces plaintes ont entraîné une brusque détérioration de la relation d'ordinaire bien fluide entre le Maroc et la France, deux pays alliés. Rabat s'était notamment montré furieux de la venue, le 20 février, de policiers à la  résidence de l'ambassadeur du Maroc pour notifier à M. Hammouchi - dont la  présence à Paris avait été rapportée - une convocation d'un juge d'instruction.
Le Maroc a alors décidé de suspendre tous ses accords de coopération judiciaire avec la France, et cette mesure n'a pas été levée à ce jour.
Fin février, le Royaume avait par ailleurs décidé de reporter sine die une visite de l'envoyé spécial du président  français pour la planète, Nicolas Hulot.
Ce mois, les déplacements ont repris, sur la pointe des pieds: deux ministres français se sont successivement rendus à Rabat, dont Benoît Hamon  (Economie sociale et solidaire), le 17 mars, qui a plaidé pour la reprise d'une  «coopération pleine et entière» entre les deux pays.
«Le partenariat avec le Maroc est un partenariat d'exception (...). C'est  un acquis et il demande beaucoup de soins. C'est la raison pour laquelle le  ministre des Affaires étrangères (Laurent Fabius) a reconnu des  dysfonctionnements», avait clamé M. Hamon.
Réagissant à la vive polémique, M. Fabius avait admis que «les choses auraient dû se faire d'une manière plus diplomatique», tout en ajoutant: «Cela  dit, la justice en France est indépendante et donc il faut en tenir compte».
«Les deux ministres des Affaires étrangères oeuvrent à tourner la page de  cet incident», a pour sa part récemment déclaré à l'AFP une source diplomatique  sous couvert d'anonymat.
Dans son communiqué, le ministère de l'Intérieur note, dans le même sens, que la procédure judiciaire enclenchée «s'ajoute aux contacts et échanges en cours entre les responsables gouvernementaux».
Ces contacts «visent à élucider les circonstances des incidents graves et  inédits survenus dernièrement et à identifier les mesures concrètes pour que de  tels incidents ne se reproduisent plus», poursuit-il.

Jeudi 27 Mars 2014

Lu 1214 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs