Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Congrès déterminé à poursuivre le processus démocratique en Libye

Manifestations, pillages et agressions au quartier général du Parlement




Le Congrès déterminé  à poursuivre le processus démocratique en Libye
Le Congrès général national (CGN), la plus haute autorité politique du pays a affirmé lundi sa détermination à poursuivre le processus démocratique, malgré les violences ayant visé ses locaux et ses élus.
 "Je vous assure que nous sommes déterminés à continuer dans la voie de la révolution du 17 février (2011, qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi, NDLR) et à poursuivre le processus démocratique", a déclaré le président du CGN, Nouri Abou Sahmein, dans un discours télévisé.
 M. Abou Sahmein s'exprimait quelques heures après que des dizaines de manifestants ont envahi le quartier général du Parlement, dans le centre Tripoli, saccageant et pillant les lieux et agressant des députés.
 Les protestataires réclamaient la dissolution du Congrès qui a échoué selon eux à rétablir l'ordre dans le pays en proie à l'anarchie.
 Deux membres du CGN ont été blessés par balles mais leurs jours ne sont pas en danger, selon M. Abou Sahmein.
Dénonçant une "agression flagrante contre le siège de la souveraineté légitime", il a appelé les ex-rebelles ayant combattu le régime kadhafiste à protéger la capitale et les institutions de l'Etat.
 Des groupes d'ex-rebelles appuyés par des pick-up équipés de canons anti-aériens étaient postés lundi autour des locaux du CGN, selon un photographe de l'AFP.
 Au moins cinq véhicules calcinés gisaient dans la cour centrale, témoignant des violences de la veille, selon la même source.
 Dans son discours, M. Abou Sahmein, a indiqué que le CGN examinait une feuille de route permettant une "passation du pouvoir le plus rapidement possible" à un corps élu.
 Le CGN, issu des premières élections libres du pays de juillet 2012, a provoqué en effet la colère d'une grande partie de la population en décidant de prolonger jusqu'en décembre 2014 son mandat, qui devait expirer début février.
 Sous la pression de la rue, il a toutefois décidé récemment d'organiser des élections anticipées, mais sans fixer de date.
Par ailleurs, la Libye a été le théâtre dimanche de nouvelles violences à Tripoli et Benghazi (est), où un ingénieur français a été tué par balles, illustrant à nouveau l'anarchie depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi.
 A Paris, le ministère des Affaires étrangères a confirmé l'"assassinat" de l'ingénieur français Patrice Réal, et "condamné avec la plus grande fermeté (...) un acte odieux et lâche", appelant à ce que ses auteurs soient "recherchés et condamnés dans les meilleurs délais". 

AFP
Mardi 4 Mars 2014

Lu 406 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs