Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Centre antipoison de Rabat dresse son bilan : Plus d’intoxications alimentaires et moins de piqûres de scorpions




Le Centre antipoison de Rabat dresse son bilan : Plus d’intoxications alimentaires et moins de piqûres de scorpions
Contre toute attente, eu égard à tous les efforts accomplis pour renverser la vapeur, la responsable de l’unité de toxico-vigilance du Centre antipoison de Rabat, nous a fait état, non sans regrets, d’un tableau toxicologique toujours  préoccupant. A commencer par la situation relative aux  intoxications causées par les aliments.
Selon le Dr Sanaa Benlarabi, le service compétent en matière de recensement des déclarations d’intoxications, a reçu durant l’exercice de l’année écoulée, 4313 fiches de déclaration de cas d’intoxications contre 4266 cas pour l’année précédente. Soit une évolution de pas moins de 150 cas de contaminations. Comme toujours, les produits laitiers et dérivés  interviennent en premier lieu en tant qu’aliments des plus incriminés.
Avec le taux de 10,35% de l’ensemble des intoxications de la même origine. Vient ensuite la pâtisserie avec 9,40%, suivie des viandes qui ont enregistré  9,30%. La volaille, les boissons et poissons parmi les derniers rangs des causes des intoxications déclarées, détiennent respectivement les plus faibles taux avec 3,85, 2,50 et 2,15%. Une situation qui montre évidemment la persistance  des failles au niveau de la chaîne de froid lors des circuits  d’acheminement des produits et même lors de leurs arrivées chez le consommateur lui-même, ainsi que  le manque de conditions d’hygiène ; étant les principales causes à l’origine de ces contaminations.
Selon la même source, si tous les âges sont touchés par ces infections, la tranche d’âge entre 15 et 25 ans est toutefois  la plus concernée. Alors qu’au niveau du genre, c’est curieusement chez les femmes que survient la majorité des intoxications. D’autre part, le bilan met en relief le fait que 87,6% des infections du genre sont produites dans les domiciles, contre 10,6% dans les lieux publics.
Et que 66,7% des intoxications se sont produites par voie orale après absorption des aliments impropres à la consommation. On souligne par ailleurs que 85,5% des cas en question enregistrés par le CAP, sont survenus  accidentellement, alors que 13,5 % seulement des intoxications sont d’origine suicidaire, donc intentionnelle.
Si les chiffres  relatifs aux infections alimentaires dénotent  une situation toujours  alarmante, dans le registre des piqûres de scorpion, le CAP se félicite néanmoins de l’enregistrement d’une baisse au niveau du nombre des PS. Ainsi, le centre n’a reçu  que 24.021 cas de déclarations contre 26.620 cas l’année précédente, soit une diminution significative de 9,7%. Une évolution positive, notamment chez les enfants de moins de 15 ans étant les plus touchés par les méfaits de cet arachnide dangereux.  Laquelle évolution qui trouve son explication dans la pertinence et l’impact des campagnes de sensibilisation menées chaque année par les services concernés du CAP à travers l’ensemble des territoires qui connaissent des  fréquences préoccupantes en termes d’incidents.
Les mérites de cette action sont palpables notamment à Azilal où le nombre des PS a diminué de 20,6%. Marrakech et Kelâat Sraghna (districts dont les populations sont des plus affectées si l’on considère le nombre de cas de piqûres déclarés et envenimations consécutives), on note respectivement 14,6% et 11,7% de baisse. Cette nouvelle  donne a  donc changé les tristes scores pour ainsi voir le nombre de décès tomber de 91 à 53 morts. Autrement dit, un taux de létalité de 0,22% seulement. Par ricochet, on réalise que 53% des patients affectés par ce phénomène, ont nécessité des soins contre 57,5% en 2007, réduisant ainsi les coûts économiques relatifs à leur hospitalisation.
Lesquels, faut-il le rappeler, grévaient chaque année les budgets du ministère de tutelle.
L’on rappelle que le Centre antipoison de Rabat  est une structure d’utilité publique relevant du ministère de la Santé dont l’attribution, entre autres, consiste à regrouper des données en matière d’intoxications tous genres confondus fournies par les différents unités et hôpitaux de l’ensemble des régions. Le CAP  recourt par la suite à l’analyse et l’exploitation de ces informations et données épidémiologiques pour l’élaboration d’une stratégie  efficiente  de lutte contre ces fléaux qui constituent un danger pour   la santé publique, visant à  diminuer la morbidité et la mortalité dues aux intoxications.  Le Centre met,  par ailleurs, à la disposition de la population un service d’appel téléphonique dit économique (0537686464), qui permet à toute personne victime d’intoxication de se voir prodiguer conseils et conduite à adopter dès les premiers instants de l’incident  et son orientation, en cas de besoin, vers les structures sanitaires spécialisées. 

IDRISS OUCHAGOUR
Mardi 28 Avril 2009

Lu 1328 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs