Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Barça rejoint le Real pour une finale-clasico

Demi-finales de la Coupe du Roi




Le Barça  rejoint  le Real  pour une  finale-clasico
Le FC Barcelone a rejoint mercredi le Real Madrid en finale de la Coupe du Roi avec un nul 1-1 contre la Real Sociedad après un succès 2-0 à l'aller, ce qui promet un alléchant clasico mi-avril pour l'attribution du trophée.
Au stade Anoeta, le Barça a pris l'avantage grâce à un exploit solitaire de Lionel Messi en contre-attaque (27), avant que le Français Antoine Griezmann n'égalise pour l'honneur d'une puissante reprise en fin de match (88). Cette qualification, fruit d'un match sérieux de la part du club catalan, lui permettra de briguer un 27e triomphe dans cette compétition, que le Real Madrid a pour sa part déjà remportée à 18 reprises. 
Pour la Real Sociedad, empêcher ces retrouvailles entre les deux grands d'Espagne est très vite devenu une mission impossible malgré le soutien de son bouillant public.
Le club de Saint-Sébastien a bien essayé, pendant une vingtaine de minutes, de prendre de vitesse la défense du Barça, coupable d'erreurs inhabituelles ces dernières semaines.
Mais l'entraîneur du Barça Gerardo Martino, qui a répété à plusieurs reprises que la coupe était "un objectif important", avait anticipé en alignant ensemble ses meilleurs manieurs de ballons (Xavi, Andres Iniesta et Cesc Fabregas) pour contrôler et calmer le jeu.
Et dès que la Real a semblé baisser le pied, Messi a accéléré en contre: cerné par cinq défenseurs à l'entrée de la surface, le quadruple Ballon d'Or est parvenu à expédier une frappe que le gardien Enaut Zubikarai a insuffisamment freinée et qui est allée mourir au fond du but (27).
Ce huitième but de l'Argentin en 10 matches depuis son retour de blessure début janvier a brusquement refroidi Anoeta.
Le public basque, qui espérait une "soirée historique", a baissé d'un ton. Il a soufflé de soulagement lorsque Pedro a raté son face-à-face avec Zubikarai (34) et a retenu son souffle quand le Mexicain Carlos Vela a contrôlé aux six mètres mais, trop court, a manqué son tir (35).
Malgré plusieurs occasions franches de part et d'autres, le score n'a pas bougé non plus en début de seconde période.
Iniesta a expédié un tir croisé au ras du poteau (57), le très remuant Vela a enroulé une frappe sur l'équerre de la cage catalane (55) et Zubikarai, devant Messi puis Fabregas, a évité le but du break (56).
C'est finalement Griezmann, meilleur buteur de la Real en Liga cette saison (14 buts), qui a sauvé l'honneur d'une frappe puissante à l'entrée de la surface sur un ballon venu de la gauche (87).
Avec cette qualification, voici Barcelone en lice pour décrocher un deuxième trophée cette saison après son sacre en Supercoupe d'Espagne contre l'Atletico en août (1-1, 0-0).
Le 19 avril prochain, le Barça jouera sa quatrième finale de la Coupe du Roi en six ans: il a connu deux succès (2009, 2012) et une défaite, en 2011, contre le Real Madrid (1-0 a.p.).
Pour le septième Real-Barça de l'histoire des finales de la coupe nationale espagnole, nul doute que le club blaugrana rêve déjà de prendre sa revanche. 

 
Martino: "Nous ne pouvions pas manquer ce rendez-vous"
 
Le FC Barcelone ne pouvait "pas manquer (le) rendez-vous" fixé par le Real Madrid en vue de la finale de la Coupe du Roi, s'est réjoui l'entraîneur barcelonais Gerardo Martino après la qualification de son équipe mercredi, au lendemain de celle des Madrilènes.
"C'est un clasico, quand on dit ça on a tout dit", a commenté le technicien argentin. "L'objectif était de pouvoir jouer la finale du 19 avril. Evidemment, puisque notre rival y était parvenu hier (mardi), ça modifiait beaucoup l'obligation que nous avions de nous qualifier lors de notre match d'aujourd'hui (mercredi). Nous ne pouvions pas manquer ce rendez-vous et nous l'avons fait."
Jugeant que la date de la finale était encore "très loin", Martino a refusé de donner son sentiment sur ce choc à venir. "En deux mois, il est très difficile de se prononcer parce qu'il y a énormément de matches à jouer entretemps en championnat et en Ligue des champions. Qui sait où en serons les deux équipes d'ici là ?", s'est interrogé l'entraîneur. "Nous irons avec l'intention de l'emporter", a-t-il néanmoins fait savoir.
 

AFP
Vendredi 14 Février 2014

Lu 532 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs